Trouver des gens pas ecolo

Shifter récent, je viens de participer à ma première Big Review aussi bien pour participer et contribuer que comprendre comment ca fonctionne. Je fais donc un retour a chaud, et je dois le dire, je n ai pas lu en détails les divers documents du projet Big Review, certaines des suggestions que je vais faire vont possiblement tomber dans des axes déjà travaillés par l’équipe ou dans des banalités évidentes.

Cette participation a confirmé ce que j’avais imaginé à savoir un échange riche et un format approprié aux échanges relativement approfondis. Le point sur lequel je pense que les résultats de la big review pourrait gagner en force serait en ayant une population moins consciente de la question écologique, car recueillir l avis d’écolos convaincu sur l’acceptabilité du PTEF ne permettra pas vraiment d’estimer l acceptabilité de celui ci dans la population générale (sauf peut être en ciblant les mesures les plus radicales).
Sans viser un groupe de participants représentatifs de la population française (les shifters ne sont pas un institut de sondage), il me semblerait donc dextrement important de trouver de viser des participants qui ne seraient pas les participants attendus.
Plus simple a dire qu’à faire, je me lance tout de même sur quelques pistes:

  • Inciter les shifters a organiser des Big Review familiale (multi générationnelle si possible)
  • Hacking de vos autres cercles de sociabilité : Big Review équipe de foot, Big Review voisins, parents d’élèves, amis d enfance
  • BR à la volée en plein air : Dimanche après midi au parc recrutement sur place. variante pour l’été sur la plage
  • BR « homogène » : CSP des collègues, CSP Agriculteurs, ces BR perdrait en compréhension par les participants d’autres points de vue, mais permettrait aux shifters de comprendre des saisir des avis de gens éloignés de nos travaux

Comme je le disais certain de ces points ont probablement déjà été discuté, mis en oeuvre/éliminés par l’équipe BR mais je tenais à proposer ces idées.
Comme vous avez pu deviner je suis prêt à m’investir sur les Big Review et à en animer, n’hésitez pas à réagir / interagir

Pierre-Louis - Toulouse

4 J'aime

Salut Pierre-Louis
Contente de te lire à chaud
D’accord avec ton analyse et tes solutions, maintenant Yapluka réciter des participants et réaliser des Big teviews :sweat_smile:
C’est tout à fait possible, et certains d’entre nous ont attaqué tous azimuts pour aller vers plus d’ouverture, de controverse et de pédagogie.
À bientôt !

Bonjour Pierre Louis, merci pour les retours sur la Big review que l’on a organisée mercredi.

Concernant tes remarques, elles sont fondées et il est clair qu’il est difficile de toucher tout un pan de la population. Tes propositions sont pertinentes et j’aime particulierement la big review à la volée ( meme si je ne sais pas trop comment organiser cela :slight_smile:) et les big reviews « thematiques » qui permettraient d’aller plus en profondeur sur certains sujets.

Je trouve toutefois qu’organiser des big reviews avec des gens « comme nous » est toujours trés positif. Je ne dis pas que tu dis que ça ne l’est pas, mais j’avais envie de retorquer ce que je vais exprimer ici à un participant qui faisait une remarque similaire à la tienne avant de me dire que ce n’etait pas le moment de le faire. Et donc j’en profite ici pour apporter un peu de contradiction.

Je m’explique. Il est "prouvé’ que lorsque l’on souhaite operer un changement, le plus efficace est de motiver encore davantage les gens qui sont « déjà » motivés, les gens moteurs de ce changement.
Par exemple, les gens qui sont intellectuellement convaincu, mais pas encore en pratique. Allez interroger ces personnes, je le crois, peut permettre ce basculement qui peut etre plus difficile chez des gens qui ont des problématiques au quotidien qui sont très loin de tout ça.
Et une fois le basculement effectué, alors leurs actions auront des impacts plus fort que nos discours je pense.

Deuxieme point, en moyenne, plus les gens ont un revenu élevé et plus ils émettent du CO2. Donc les CSP+ émettent en moyenne davantage de CO2. Certes, j’imagine qu’il y a une variance enorme, mais tout de meme, c’est certainement dans ces catégorie socio professionelles qu’il y a des gains de CO2 les plus grands.

Ca n’empeche pas que ta remarque est justifiée et que pour l’aspect mesure de l’acceptabilité, il faut interroger un panel plus large d’individus.

Pour info, en terme d’actions concretes, à toulouse par exemple, j’ai prévu une big review avec un comité de quartier (qui est plus « mixte » en termes de profil et en lien avec les autres comités de toulouse, on verra :)).

1 J'aime

Merci beaucoup pour ce retour !

J’ai tenté d’embarquer ma famille, pour le moment ça n’a pas été possible de réaliser une discussion, mais j’ai pu leur faire compléter quelques formulaires en ligne, c’est déjà ça. Et je constate la même chose : c’est ces gens-là qu’il faut absolument aller chercher, ceux qui ne s’intéressent pas particulièrement, qui sont peut-être un peu sensibilisés, peut-être beaucoup, peut-être pas du tout, mais qui sont en tout cas sélectionnés sur le critère qu’ils sont notre entourage, des gens de la vie de tous les jours qui se rassemblent pour une autre raison que l’environnement.

1 J'aime

Ton angle de vue de la question est pertinent. Pour abonder dans ton sens sur l’intérêt des big review avec des convaincus de la cause :

  • Il y a un feel good effect qui a ses bénéfices incontestables.
  • Dans les processus ®évolutionnaires, l’histoire regorge effectivement d’exemple plus ou moins heureux, mais efficaces de sur-motivation des motivés… de Jésus à Ghandi en passant par Lénine.
  • Les « convaincus » ne le sont pas nécessairement en pleine conscience. Combien parmi les 2.4M de signataires de l affaire du siècle étaient vraiment conscient de ce qu’impliquerait la mise en œuvre d’actions à la hauteur du de l’objectif affiché ?
  • Les CSP+ sont une population a convaincre aussi par leur rôle de prescripteur: entraineur qu’ont leurs pratiques en particulier de voyage mais de conso de façon plus générale.

Mais au final pour bon nombres de mesures (législatives et règlementaires) qui seront nécessaires, c’est bien la non-objection du plus grand nombre qu’il faut atteindre pour les mettre en oeuvre. La fronde anti-augmentation de la taxe sur les carburants, n’était pas le fait des plus gros consommateurs en valeur absolue, mais de ceux pour qui cette dépense est sensible par rapport à leur revenus. Et c’est pour avoir ignoré cela, et donc omis d’y apporter une réponse que la trajectoire taxation du carbone marque un palier teinte de jaune fluo. L’autre barrière à lever pour toute mesure est aussi l’objection des groupes de pressions (plus communément appelés lobbies)

Après ma première BR. Je vais me former à leur animation, et il est probable que je tente l’expérience de la Big Review à la volée dans un parc … mais pas au jardin des plantes pourtant le plus proche de chez moi. :wink: