Trop de sobriété numérique chez les Shifters ? Shifters, où êtes-vous?

Bonjour,
Je viens de jeter un oeil aux chiffres de nos réseaux sociaux :

Comment peut-on espérer une diffusion de nos idées si même les Shifters ne suivent pas ?
Je vois les communications régulières sur la Big Review. Est-il utile dans ces conditions de les diffuser ?
N’y a-t-il pas un appel à la mobilisation à lancer ? L’année 2021 deviendra-t-elle numérique ?

Aux-armes, les Shifters !!!

9 J'aime

Tu écris 10 000 Shifters. C’est 10 000 personnes inscrites sur Discourse ? Quand tu regardes le nombre de personnes qui ont un « badge » ici, les chiffres donnent une image différente de la situation :

2394 ont « lu quelques sujets »
767 ont aimé un message
318 ont « participé pendant plusieurs semaines »
294 ont complété leur profil
261 personnes ont été mentionnées
195 membres ont lu le règlement
176 personnes ont été citées

Donc j’ai l’impression qu’on a plutôt 300 personnes actives, ~2400 passives et ~7600 qui sont inscrites et qui ne savent pas que faire de plus.

Pour la page LinkedIn, c’est normal car le service est activement promu ici (on nous demande notre compte à l’inscription, etc.). Mais LinkedIn est aussi un des réseaux sociaux qui est le plus critiqué dans l’interaction qu’il offre, et je ne mettrais pas trop d’espoir dans l’activation de ce réseau dont la constitution doit correspondre en plus mauvais à ce qu’on voit ici.

Pour les autres services, on dirait que ça correspond en gros aux chiffres des personnes actives ici, même si les groupes ne se recouvrent pas forcément (on peut avoir des sympathisants qui ne viennent pas jusqu’ici).

Au regard des chiffres du serveur Discourse, je pense qu’il serait plus efficace de faire un travail sur les ~2400 membres qui se sont intéressés à quelques messages et qui ont probablement quelque chose à dire/faire. Et si je peux me permettre, ils sont « captifs » puisqu’ils sont connus et ont indiqué un intérêt pour l’association. Arriver à toucher 10% de ce groupe ça doublerait presque le nombre d’actifs.

6 J'aime

@Laurent_Porez petit élément de réponse en prenant mon cas :

  • Je n’utilise pas Facebook.
  • J’ai remis à jour mon compte Linkedin lors de mon inscription à l’association après plusieurs années sans m’y être connecté.
  • Je n’ai pas de compte Twitter.
  • Je n’ai pas de compte Instagram.

En effet, ce serait bien de se mobiliser plus, mais dans les personnes qui sont adhérentes à l’association, il y a des gens passifs qui s’informent et soutiennent silencieusement le mouvement.

@jchelary il s’agit de 10 000 adhérents à l’association des Shifters.

4 J'aime

Je n"ai jamais eu Instagram et twitter, j’ai arrete facebook

2 J'aime

!!! Incroyable ! Mais ces 10 000 adhérents (donc moi, mais je n’ai toujours pas reçu d’info après le payement de ma cotisation) ne sont pas tous ici, n’est-ce pas ? Ils utilisent quels canaux de communication ?

Je ne sais plus comment se passe l’inscription à la newsletter des Shifters (le premier pas pour rentrer dans l’association), mais il serait probablement intéressant de donner les liens des différents réseaux dès cette première étape.
Je penses que beaucoup de gens ne savent même pas que les pages Les Shifters existent.
Ils suivent peut-être The Shift Project et ne se sont pas posé la question s’il y avait une page supplémentaire pour les Shifters.
Je dirais qu’il faudrait également rappeler l’existence de ces pages régulièrement dans les mails de la newsletter, en rappelant quelques règles de fonctionnement des réseaux sociaux.
En effet, beaucoup de gens n’ont peut-être même pas conscience que liker/commenter/partager un post permet d’accroître sa visibilité via les algorithmes.
Il faut donc largement conseiller aux Shifters de, au moins, mettre un like sur tout les posts des Shifters qu’ils voient, peu importe le contenu.

7 J'aime

Salut JC,

En effet, ce forum ne représente pas l’ensemble des Shifters. Parmi les 10 000 personnes inscrites, on n’a qu’environ 3000 cotisants (estimation de ma part selon les dernières infos que j’ai, non mises à jour).

Le forum compte un peu plus de 2700 inscrits.
Les groupes locaux utilisent des canaux internes plus instantanés que le forum ; les membres ne sont donc pas toujours inscrits et/ou actifs ici si les interactions dans leur groupe local leur suffisent.
Et parmi les inscrits du forum, on semble avoir un ratio normal de niveaux de participation (un certain nombre qui intervient peu ou pas, mais qui parfois lit beaucoup, une majorité qui intervient de temps en temps, et une minorité qui intervient énormément).

Donc la dynamique semble dans les clous de ce qu’il fallait attendre.

Par contre, concernant les pages sur les réseaux sociaux, je suis tout à fait d’accord qu’il faut les promouvoir, et au moins être sûrs que leur existence se retrouve quelque part facile d’accès.
@ulysse, c’est rajoutable dans la to do list ? :grin:

2 J'aime

13 messages ont été scindés en un nouveau sujet : Echanges et retours sur l’accueil sur le Forum et autres réseaux Shifters

Merci pour toutes ces réponses.
Si je résume un peu :

  • Il y a des Shifters qui n’utilisent pas les réseaux sociaux. A priori, il est illusoire de les mobiliser là dessus
  • Il y a un gros manque de visibilité de nos réseaux sociaux, à part linkedin pour lequel il y a eu un appel à ralliement l’année dernière. on doit pouvoir faire quelque chose pour ça : Message épinglé sur le forum (@ds.laetitia ?), diffusion vers les groupes locaux (@Corentin & @QuentinLancrenon ?), newsletter (?), mensuelle ?

Bref, on peut améliorer la visibilité de nos RS, mais ça nécessite qu’il y ait une volonté du CA ou BE des Shifters, d’où ce post sur le canal « Question au staff » :yum:

1 J'aime

Même le groupe Linkedin est inactif. 5000 personnes se disent Shifters et indiquent l’entreprise dans leur profil, mais seulement 2250 sont sur le groupe et sur ces 2250, 3 ont réagi à mon message concernant la Big Review…

Le seul moyen qui semble efficace, c’est le mail. Pour les missions, il y a la Big Review, c’est ce qui est demandé à un maximum de gens :slight_smile:

2 J'aime

@Martin_L , tu aurais le lien vers ton post ?
Je ne le trouve pas sur LinkedIn.

Je ne peux pas partager un post d’un groupe privé apparemment.

Le groupe : https://www.linkedin.com/groups/13578951/

2 J'aime

Je pense qu’il ne faut pas se faire d’illusion sur les réseaux sociaux. C’est pour ça que j’avais suggéré dans un autre fil que dépenser de l’argent pour une mise en valeur sur FB n’était pas forcément une bonne idée. Et honnêtement, je n’ai pas vraiment de solution à apporter. Je fais du bénévolat depuis 40 ans, 20 ans dans le logiciel libre, et la gestion de communautés pour obtenir des résultats sur la base du bénévolat, c’est extrêmement compliqué… :frowning:

3 J'aime

De mon coté celà fait moitié moins, mais j’ai remarqué qu’une chose marchait bien, ce sont les chantiers, avec 10/15 personnes maxi, sur une semaine. Là on a un max d’engagement et les projets avancent : l’exemple parfait c’est Rempart qui en 50 ans a retapé de A à Z une paire de chateaux forts, églises et quelques km de murs en pierres sèches.
Celà mobilise quelques personnes en préparation/logistique, mais ensuite en une saison on peut avoir 250 bénévoles qui passent 1 semaine sur un projet.
Coté productivité (car il faut bien en parler aussi !) avec un mix de débutants et 1 ou 2 débrouillés par équipe on arrive à 60/70% d’efficacité par rapport à des pros pour des tâches simples sur l’ensemble de la semaine. Pour des missions nécessitant une compétence spécifique (taille de pierre, tri et scan de documentation) on est autour de 50%, donc ce n’est pas rien du tout et celà permet en plus d’apprendre de nouvelles compétences.

Maintenant à voir dans quelle mesure:
1 - c’est applicable au shifters
2 - l’objectif peut être traduit en morceaux transférables à échelle industrielle à des petites équipes projet

3 J'aime

Ce que je voulais dire c’est que les Shifters ont une mission à remplir si les appels à volontaires ne conviennent pas à tous ou simplement ne suffisent pas. Cependant je partage tout à fait ton point de vue sur les réseaux sociaux, ce n’est pas ça qui dynamisera la communauté. J’essaye de le faire comprendre entre les mots en réunion d’accueil, la vérité est qu’on ne peut pas prendre 3000 personnes par la main. Le soucis aussi est nous avons l’impression que peu de choses se passent, d’où nous sommes, alors qu’en réalité beaucoup d’initiatives roulent dans le silence le plus complet.

Des initiatives comme le site du domaine projet (catalogue des projets administré) permettront une meilleure com’ et une visibilité pour toute la communauté. L’asso est victime de son gigantisme soudain et je comprends la frustration.

J’ai l’impression que comme le dit @Fab, des initiatives locales, de l’humain, du démarchage marcherons mieux, surtout avec des personnes finalement pas très connectées (pas un mal du tout hein). Avec les groupes locaux établissements secondaires et la fin de ce satané covid, tout devrait bouger ! Depuis combien de temps n’a t-on pas vu une petite photo de Shifters en action ? Quelle peine :frowning:

3 J'aime

C’est clair que le COVID a mis un gros coup de frein…

Je me disais bien qu’il y avait un loup : Je ne me souviens pas d’avoir vu ton post.
Il y a 2 groupes Linkedin :

Salut Laurent,

La Big Review est connue des groupes locaux. On peut dire effectivement aux responsables de GL qu’il y a des canaux (Twitter, Facebook…) mais pas les obliger à y aller. Je ne vais par exemple pas sur FB, et vraiment très peu sur Twitte

J’ai passé le message lors de la réunion big review avec les groupes locaux
Par contre, tous n’y participent pas (loin de la).
Une communication à ton niveau peut aider
Bien sûr, pas d’obligation, mais il faut se rendre compte que chaque action qui pourra être faite sur les RS aidera le projet

Pour répondre sans exhaustivité aux différentes remarques : jusque très récemment les shifters n’avaient aucune volonté d’être actifs sur les réseaux sociaux. Nous n’avions pas de communication externe propre, notre volonté étant seulement d’aider le shift qui lui même fait de la communication. C’est pourquoi nous sommes très peu présents sur ces réseaux sociaux (en fait c’est l’inverse qui serait étonnant).
Depuis peu (fin 2020 pour être précis), nous lançons qq communications très ciblées (la Big Review, Shift your job etc). C’est une communication institutionnelle qui se veut ni agressive, ni réactive). Ce type de communication est un métier, et nécessite de la coordination. Les compétences de communication sont très occupées sur la partie Big Review qui malgré beaucoup d’effort de leur part, et de multiples canaux ne s’emballe pas comme espéré innitialement. La Big Review progesse mais à un rythme plus faible qu’attendu : les shifters malgré leur enthousiasme affiché, malgré leur volonté d’action (voire leur revendication d’action) ont manifestement du mal à se bloquer 2h pour animer une discussion sur la TE. la Big Review est une action prioritaire car c’est une contribution essentielle au PTEF du Shift.
J’ai noté des remarques sur les projets : en général, lorsque nous envoyons un appel à volontaire nous cherchons à être aussi clairs que possibles sur les attendus. Evidemment selon le niveau de technicité (tous les projets ne sont pas aussi techniques), le texte introductif est plus ou moins accessible. Il suffit d’attendre, il y aura toujours des projets intéressants et avec des préalables techniques moins importants (par exemple, on va avoir des actions big review assez simples dans le prochain appel, il y avait également des actions sur la cuisine dans le dernier appel). De fait, pour chaque appel nous avons plus d’une trentaine de volontaire pour peu de places. Depuis le travail mis en place par le domaine projet, normalement, chaque shifter reçoit une réponse qu’il participe au projet finalement ou non.
Il y a aussi eu des débats sur les effectifs, alors on va être précis sur les nombre. A date nous avons un peu plus de 10 000 shifters inscrits à la Newsletters. Cette même Newsletter, mais aussi les appels à projet montrent un taux d’ouverture important pour ce type d’envoi massifs (on est toujours au dessus de 50%). Ce qui veut dire qu’on a au moins 5000 personnes qui suivent activement nos actions chacun à leur manière. Les cotisants ne sont que 3000 (même si la cotisation est de 1€ minimum). Nous n’avons à ce jour pas d’explication sur ce ratio 3/10e mais il semble qu’il est plutôt bon pour une association.

En conclusion, les shifters sont de plus en plus nombreux (ce n’est pas un scoop), ils sont relativement impliqués tant qu’agir veut dire lire des mails pour se tenir au courant, ou rédiger et travailler derrière son PC. Dès qu’il s’agit d’avoir une implication plus personnalisée (cotiser, s’exposer personnellement en animant une discussion par exemple), il semble que ce soit plus difficile. Ce qui n’est pas forcément incohérent avec le profil type du shifter (jeune, études longues qui lui confèrent une facilité au travail intellectuel, mais peu habitué à monter sur le tonneau comme on dit). Aidons le à évoluer car ce serait très utile … La big review étant notre priorité et le but étant proche, nous allons maintenir le cap sur la Big Review jusqu’à l’été. Le travail sur les réseaux sociaux pourra ensuite être travaillé (il ne suffira pas de pousser des messages sur Linkedin, il faudra définir une cible, des modes opératoires, une organisation, et une mobilisation active des shifters pour que cela décolle vraiment).
Quant à aller voir son élu local, ou tout autre personne, cela peut être tentant. C’est un exercice difficile (on peut facilement passer pour un gentil agité du bocal en verre recyclé sans même s’en rendre compte …). Deux précautions minimales s’imposent donc :
1- comme indiqué dans notre charte (diffusée par mail début janvier, que je pense avez tous lus), **il s’agit de bien préciser que vous n’êtes pas des porte-paroles du shift ni des shifters et s’assurer que c’est bien compris de votre interlocuteur ** (on a de temps en temps des shifters qui se retrouvent dans le journal comme membre du shift project et portant des positions approximatives, souvent copiées adaptées de petites phrases de janco … c’est très désagréable pour le shift).
2- bien préparer et savoir quoi dire : je vous encourage à assimiler la FAQ diffusée elle aussi début janvier (si vous ne l’avez pas déjà assimilée), elle énonce les principes de notre réflexion. Ensuite, il s’agit de lire et connaitre le ou les rapports du shift sur les sujets ciblés que vous souhaiteriez aborder. Ecouter un live facebook de Janco (ni même ses cours aux Mines), ne suffira pas. Ce n’est pas assez spécifique et trop général pour être pertinent dans une discussion avec élu par exemple. Il lui faut des points précis.

Toutes ces précautions étant prises vous comprendrez que communiquer et faire du démarchage pour le shift n’est pas simple et que cela ne s’improvise pas. Et oui, la marque de fabrique du shift est son niveau de technicité et son exigence intellectuelle (cf les valeurs de l’association et le projet associatif, à lire eux aussi avant de s’engager dans ces actions …). Vous pouvez enfin vous rapprocher de votre groupe local dans le cadre des élections européennes, des éléments de cadrage sont en cours d’élaboration.

Tous les éléments de référence sont sur le wiki).

6 J'aime