Time for the planet

Hello, je confirme, je fais partie des évaluateurs de Time for the Planet.
L’idée pour moi est surtout de tester une approche différente et un moyen d’action (économique) peut-être laissé de côté traditionnellement. Je me dis que cette approche peut être complémentaire des actions militantes plus classiques.

1 J'aime

D’ailleurs, si vous le souhaitez, Denis Galha Garcia (cofondateur de Time for the Planet) est disponible pour présenter son action. :wink:

La vidéo de Rodolphe (Chaine YouTube Le Reveilleur) qui fait confiance à Time for the Planet et à corrigé des éléments de leurs dossier scientifique :

Et le lien du dossier :

https://www.time-planet.com/fr/tout-savoir/documents-officiels/1/dossier-scientifique

2 J'aime

Cette vidéo du Réveilleur a été la goutte qui a fait que j’ai adhéré ce week-end à leur projet ! Et aussi quelques vidéos de Nicolas Sabatier, une des personnes à l’origine du projet : un parcours assez intéressant d’une personne antérieurement très anti-systême, anti-entreprise, anti-capitaliste, etc… qui est sortie de cette mentalité non constructive pour « hacker » le systême.
Au pire, j’aurais perdu quelques euros, mais c’est le risque de toute entreprise.
« ça ne marchera jamais »…peut-être, peut-être pas :wink:

1 J'aime

Bien sûr que cela va fonctionner :slight_smile: @cpt-suppr-ab - Bientôt 1 million d’€… Et évidemment que cela ne va pas suffire, mais ce qui me plait dans ce projet c’est la dimension volontairement « open source ». Car les solutions existent, mais elles restent dans les cartons car « pas assez rentables » au regard de notre système économique défaillant…

2 J'aime

C’était aussi ma première réaction @Pascoual, et il m’a fallu un meeting avec un des fondateurs pour finalement y adhérer. C’est juste le problème éternel, comment créer de la confiance au royaume de l’argent… J’avais pour ma part banni les structures à capitalisation dans les organisations capables de créer de la bientraitance et de soutenir un vrai progrès au bénéfice de tous, et de tout (biosphère incluant minéral vital). Je me suis tourné vers les structures associatives et coopératives. Mais on y trouve aussi de la maltraitance collective, y compris avec de la bienveillance individuelle. Ce qui importe est l’esprit. Et l’argent n’est qu’un outil.

Or les idées sans argent, c’est comme une éolienne sans vent.

Le projet présente l’avantage d’une gouvernance de type fondation en Suisse, SCA en France, c’est à dire sous la supervision d’un « conseil », qui en l’occurrence, fait office de conseil éthique et déontologique (comme pour une fondation). La capitalisation y est possible, mais le versement des dividendes interdits, avant l’obtention d’une neutralité carbone. (J’eusse mis un ppm max en CO2, et donc, possible d’imposer une inversion CO2 requise si dépassement… Mais c’est déjà bien)

Et donc, seul l’argent additionnel et non indispensable pour sa retraite peut être investie dans ce projet, car zéro dividende garanti.
Or, cette notion de « business » pompe à fric est l’essence même des débordements de notre Ploutocratie planétaire.

La structure importe peu, seule l’éthique d’une gouvernance durable compte. Et cela fonctionne bien, car l’équipe qui l’anime est composée de personnes expérimentées, compétentes, mais surtout, dans la bienveillance et dans la bientraitance. Dans le cahier des charges du financement, il y a l’obligation « d’ouvrir » au lieu de verrouiller les brevets, pour rendre les innovations « open source » et libre d’être mondialement répliquées…

La différence est là! Car toutes les innovations sont là, prêtes à démarrer, Blue petrol, Plastic carburant recyclage, pile à hydrogènes et autres solutions « brevetées »… Mais elles attendent de devenir rentables pour se déployer, et sont verrouillées par les brevets.

Car nous n’avons pas été capables de nous entendre pour la paix, la faim et l’éducation sur la planète, mais par contre, pour l’INPI, aucun soucis pour protéger mondialement les inventions « arrachées » à leurs bienveillants inventeurs, sans moyens financiers ou juridiques suffisant pour se protéger « eux-mêmes »… Alors leurs inventions au lieu d’être réellement utilisées pour le bien de la planète, deviennent sujet de spéculations pour l’enrichissement des actionnaires…

Tout ce qui est rare alimente la spéculation. L’appauvrissement de la planète continue d’enrichir les spéculateurs dans notre système actuel.

1 J'aime

Le brevet FR2846374 est maintenant dans le domaine public.Il concerne le moteur STIRLING.

Un brevet sur le moteur STIRLING est consultable (ainsi que tous les brevets dont les plus de 20 ans donc ceux automatiquement libres d’être exploités) sur la base de données de l’INPI. Taper sur GOOGLE « INPI base brevets » puis en choisissant Recherche avancée. Taper alors la référence « FR2846374 ». On peut aussi faire une recherche simple par nom et prénom d’un inventeur ou par mots-clés.

Eratum:@PKotte

Un brevet sur le moteur STIRLING est consultable ainsi que tous les brevets, sur la base de données de l’INPI (dont, d’une part, les plus de 20 ans et dont, d’autre part, ceux ne s’étant pas acquittés de la redevance annuelle dans les 20 ans, durée maximale de monopole industriel et commerciale). Taper sur GOOGLE « INPI base brevets », bien choisir le site inpi.fr et cliquer sur accéder puis en laissant Recherche simple . Taper alors la référence « FR2846374 ». On peut aussi faire une recherche avancée par nom et prénom d’un inventeur ou par mots-clés.

Je pense effectivement que les brevets « oubliés » et tombés dans le domaine public, peuvent être une mine d’or d’innovation. J’ai tenté de brancher sur time-planet, l’ancien fondateur du Projet Tech-save pour faire un wikipedia des technologies, et plans techniques, abandonné.

A suivre… :slight_smile: mais c’est à nos inventeurs qu’il faut poser cette infos. Je vais quand même la relayer sur le Discord de Time-planet, mais merci de venir directement y contribuer: https://automate-me.typeform.com/to/AD1JdOLj

Hello, je continue à suivre avec intérêt l’avancement de Time for the Planète, la prochaine étape sera la présentation du comité scientifique et le début de la phase de sélection le 2 décembre.

La publication LinkedIn :

GRANDE NOUVELLE ! (Du coup on l’écrit en grand)
Inscription : https://lnkd.in/dDkQ7gT
Nous lançons le processus de sélection des innovations Time for the Planet.

Ce sera le 2 décembre lors d’un live public en direct sur plateau télé.
Au programme :

  • Nous dévoilons notre comité scientifique (attention c’est du lourd !)
  • Nous lançons officiellement notre réseau d’évaluateurs des innovations.

Et vous pouvez tous participer ! Nous serons en présence d’invités de prestige :

Jean Jouzel, ex IPCC (GIEC)
Johanna Michielin, CNRS Innovation
Enrico Benetto, Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST)
Louis Veyret, UMI
Solène de Jacquelot , Lowtech Lab
Rodolphe MEYER , Le réveilleur
Severine Herlin, Vianeo
Jonathan Derain , Solar Impulse Foundation
Gabriel Plassat , ADEME et La Fabrique des Mobilités - FabMob

Inscrivez-vous, c’est un grand pas pour l’aventure Time for the Planet qui nous propulse définitivement vers la création des premières entreprises !

Et ce n’est que le début… On se voit le 2 décembre à 21h.

PS : Ce teaser était tellement badass qu’on a failli ajouter JC Vandam en grand écart, mais on avait pas les droits.

It’s Time for the Planet, rejoignez-nous : time-planet.com

1 J'aime

A suivre aussi

https://app.livestorm.co/social-hack-club/faire-1-million-de-vues-par-mois-sur-linkedin-sans-communiquer

PS @YoannG t’es lequel sur Discord de time-Planet?
image

Hello Pascal,
Je ne suis pas sur leurs Discord car je n’ai pas encore adhéré mais c’est prévu :grinning:
En attendant je suis avec attention leurs publications.

1 J'aime

Je peux t’y inviter, il n’est pas nécessaire d’être « actionnaire » pour y être (même si c’est recommandé)
voici le lien avec guide: https://automate-me.typeform.com/to/AD1JdOLj
Et le lien pour ceux qui connaissent Discord: https://discord.com/invite/VeTv8pf

2 J'aime

Effectivement, c’est grâce à @PKotte que j’avais pu accéder au Discord de Time pour voir ce qu’il s’y passait avant d’éventuellement acheter des parts. D’ailleurs, j’avais une assez mauvaise image de Discord, que je voyais comme un truc de « gamer » alors qu’en fait, je me suis aperçu que c’était un très bon outil de travail pour une communauté.

1 J'aime

Il y a des limites, en particulier sur l’absence de discussions associées à un post. tu es obligé de reciter le « post » précédent pour y répondre dans le flux, et donc, cela donne un même « bordel » que sur du Whatsapp ou Signal.

Il est donc nécessaire de multiplier les canaux pour distribuer les conversations sur des sujets plus précis.

Mercredi soir, ils ont fait une présentation sur la méthode de sélection des innovations et le comité scientifique avec en « guest stars » Jean Jouzel et Le Réveilleur
: https://www.youtube.com/watch?v=2GEvl3rJy48

1 J'aime

Time for the Planet est maintenant associé également avec la Fresque du Climat.

Ils ont proposés une megafresque pour former plus d’une centaine d’associés de Time.

A quand un partenariat Shifters/Time for the Planet ?

Cela permettrait par exemple de leurs proposer de participer à la Big Review ? @Hadri @Laurent_Porez @AnneChaDgr

En échange, des Shifters pourraient devenir associé de Time (investissement à partir de 1€).

3 J'aime

Mon sentiment qui n’est que mon sentiment du moment est que quand je vois ce qu’arrive à récolter le telethon je me demande comment time for the planet arrivera à donner quelque chose de significatif pour le climat. Ou alors il faudrait rapidement passer à l’international pour avoir un fond significatif ? En tout cas le projet est intéressant.

La grande différence c’est que ce n’est pas un don mais un investissement.
Time for the Planet est une option pour épargner et mettre son argent au service d’entreprises qui luttent pour la decarbonation, plutôt que de le laisser sur un livret ou dans d’autre dispositifs qui sont utilisés en partie par les banques pour financer des énergies fossiles.
Tu peux récupérer ton argent en vendant les actions à un tiers ou Time proposera ensuite la rachat d’actions dans 10ans.

1 J'aime