Qui est Jean-Marc Jancovici ? [Article en trois parties dans Reporterre]

Pour ceux qui ne l’auraient pas vu passer, Hervé Kempf a réalisé une trilogie sur JMJ dans le journal Reporterre. Les articles ont été publiés les 25, 26 et 27 mai 2021.

Polytechnicien au franc-parler et brillant vulgarisateur, Jean-Marc Jancovici est adulé par certains autant qu’il agace nombre d’experts. Dans une enquête en trois volets, Reporterre fait le portrait de ce défenseur du nucléaire engagé dans la lutte contre le changement climatique, et analyse sa rhétorique et sa vision du monde.

Et JMJ lui-même a commenté ces articles au début de sa dernière série de Q&R sur sa chaîne YouTube, publiée le lendemain du troisième article.

Je vous laisse faire votre propre avis mais personnellement, j’ai trouvé le premier article relativement intéressant dans la mesure où j’en connais désormais un peu plus sur la vie de JMJ et où cela m’a permis de me remémorer des moments croustillants.

Ce premier article n’est en fait qu’une introduction pour livrer les deux autres qui sont complètement à charge. Je n’ai pas fait le travail bibliographique pour savoir qui a raison et qui a tort sur tout ce qui est relevé par le journaliste (cela est discuté dans le groupe Facebook « Transition 2030 »), mais je trouve cela facile de venir piocher dans des centaines d’heures de vidéo pour chercher la petite bête et y trouver des approximations et erreurs. Cela frise la malhonnêteté intellectuelle car il sort complètement les éléments de son contexte pour servir son « argumentation » bancale.

2 J'aime

J’ai lu dans les grandes diagonales. Bof. Mais, je n’attendais pas non plus grand chose de Reporterre. C’est souvent, toujours, à charge et idéologique. Ce n’est pas l’endroit pour trouver des faits et de la science.

2 J'aime

Merci pour le partage. Je suis d’accord, cet article est clairement à charge, et pas vraiment convaincant !

Un point tout de même, dans l’article 3, avec lequel je suis bien d’accord :" la répartition des richesses est absente de sa vision du monde"

1 J'aime

J’ai pas vraiment cette impression, il me semble bien conscient que la répartition des richesses est nécessaire du fait que le mode de vie des plus riches n’est pas soutenable ; c’est d’office impliqué par les autres changements à faire. Ce n’est peut-être pas un point particulièrement en avant de son discours, mais c’est au moins en filigrane.

Cela dit, je ne suis pas d’accord avec ce reproche qui lui serait fait, simplement parce que même si c’était vrai, on ne peut pas reprocher à quelqu’un qui a une vision relativement large des choses de ne pas être parfaitement au point sur toutes les facettes du prisme.

Qu’est-ce qui te donne l’impression que la répartition des richesses est absente de son discours ?

Vous avez oublié « et quels sont ses liens et compatibilités avec le Shift? »
:rofl:

Peut-être que je me trompe de perception tout simplement parce que je n’ai pas assez écouté / lu JMJ ?

Et c’est vrai que je n’ai pas d’arguments chocs à répondre à ta question :-).

Je vais essayer quand même de mettre quelques mots sur mon impression.

Disons que ce qui me gêne dans la vision du monde qu’il promeut, c’est qu’il ne s’aventure rarement (jamais?) sur le sujet des inégalités (entre pays, à l’intérieur d’un pays).

Cela m’a toujours paru un angle mort de son discours, trop gros pour être un oubli. Il expose très clairement que l’on se dirige vers un monde contraint en énergie, et que le sujet va être de gérer cette décroissance, mais il ne questionne jamais la répartition optimale de cette énergie (<=> richesse) en décroissance entre les membres d’une société . Autrement dis, il n’aborde jamais la question de savoir si la réduction des inégalités est un facteur clés pour créer les conditions de l’acceptation de la décroissance au sein d’une société.

Hors, je pense qu’il est bien trop intelligent pour n’avoir jamais considéré cette question (ce que fait très bien Gaël Giraud, par exemple).

J’en déduis donc que s’il ne l’aborde pas, c’est soit pour rester au-dessus des débats politiques (le sujet des inégalités etant trop touchy) en se concentrant sur les aspects physiques afin de pouvoir continuer à parler à tout le monde; ou alors qu’il a intérêt à ne pas l’aborder car il a une vision conservatrice du sujet. Mais dans les deux cas, le résultat est le même :cela avantage ceux qui ont intérêt à ce que ces sujets ne soient pas abordés…

4 J'aime

Pas du tout !
Il faut lire par exemple : Où est le sens ? – Jean-Marc Jancovici

… la première condition mise par les français à l’adoption de mesures contraignantes est leur caractère équitable. Cela supprime un élément d’insécurité : celui d’être mis en marge de la collectivité, parce qu’il devient impossible d’accéder à un élément de consommation qui reste possible pour les autres.

Il traite de ce sujet assez souvent à la fin de ses conf’.

Par contre, il n’est pas anticapitaliste, et c’est ce qui énerve Kempf.

1 J'aime

Je crois qu’il y a de ça. Il est conscient des inégalités et en tient bien compte quand il propose des actions pour réduire les émissions par exemple, mais il ne va pas restructurer toute la société en insistant sur l’angle des inégalités, parce que simplement c’est pas son job. Mais je me trompe peut-être.

Second portrait a charge qui se contente de pinaillage et d’argumentation a côté de la plaque, je dirais.

Ce passage est intéressant:

"C’est faux, et c’est grave ! L’efficacité énergétique, mesurée par l’intensité énergétique finale — c’est-à-dire le rapport entre énergie finale et PIB en monnaie constante — a progressé d’un facteur 2 dans l’Union européenne au cours des quarante dernières années, "

En effet j’ai vu que les économistes font ça pas plus tard qu’aujourd’hui dans un papier. Comment expliquer à un économiste qu’on peut mesurer une efficacité énergétique des transformations physiques de manière assez fiable, et qu’il n’est pas la peine de s’offusquer sur l’estimation de cette autre variable macroéconomique basée sur le PIB, qui n’est certainement pas très fiable et va varier en fonction de tout un tas d’hypothèses. Enfin, j’imagine qu’ils comprennent autant le sens de la définition physique que je comprends celui de la définition économique…

Et bien sur, la célèbre référence à comité de lecture déjà discutée sur ce forum ne manque pas à l’appel

" La question est plus subtile qu’il n’y paraît, comme l’a montré une [étude parue en 2020], constatant en comparant des mix énergétiques comportant du nucléaire et des renouvelables que la réduction des émissions est bien plus forte quand on table sur les renouvelables".

Si des experts le disent, c’est que c’est vrai… Va comprendre le classement des intensités carbone de la production électrique en Europe avec ça.

Merci pour le partage de l’article !

Oui, ta réponse mise en perspective avec l’article partagé par Thierry, il est fort possible que ce soit cela l’explication du coup.

N’empêche, ne pensez-vous pas que ce sujet mériterai un peu plus d’attention ? J’avais trouvé excellent le rapport de certains shifters qui s’intéressait à savoir comment faire changer le comportement individuel de ses proches vers des comportements moins carbonés.

Est-ce que cela ne mériterait pas qu’un tel travail soit envisagé au niveau des Shifters, mais en se plaçant cette fois ci non plus à l’échelle individuelle mais à l’échelle d’un groupe d’individus ?

Je n’y connais pas grand chose, mais je me dis que cela pourrait être l’occasion de réaliser une première analyse biblio (si cela n’a pas déjà été fait?) sur de la littérature un peu « solide » ayant abordé des sujets tels que la place de la rivalité mimétique, l’impact des imaginaires véhiculés par nos sociétés, « fin du monde fin du mois même combat »: la place que pourrait prendre le récit de la réduction des inégalités comme accélérateur de la sobriété énergétique de nos sociétés, etc. (c’est un peu flou vous me direz :slight_smile: )

1 J'aime

Pour moi, il vaut mieux garder chacun son domaine plutôt que se disperser. Comme pour les formes de militantisme, il y a XR, il y a les Shifters, il y a Greenpeace, et tous ceux que je ne nomme pas… Chacun a son angle de vue, son angle d’action, et finalement c’est complémentaire. Pareil pour JMJ : il a une vision énergétique, Bihouix apporte une vision axée ressources, Barrau se focalise sur la vie, Giraud sur l’économie… Le tout donne une bonne vision globale, mais il serait impossible que chacun absorbe le discours des autres, ce serait bien trop complexe et on perdrait de qualité à mon avis.

Je te suggère de contacter l’équipe de Shift1Team pour voir quel a été leur périmètre d’action, et sinon ce sera bientôt possible de travailler sur des sujets spécifiques via les Cercles Thématiques.

2 J'aime