Quel candidat pour la présidentielle est le moins à l'ouest question écologie?

Voilà tout est dans le titre, je suis pas du genre à voter. Mais j’aimerais savoir les recommandations des shifters. S’il y a un potentiel je ferai ptet l’effort d’aller aux urnes…

Je cherche encore, perso :sweat_smile:
En terme de changements de société nécessaires, France Insoumise est le plus pertinent pour moi; reconversions, re-industrialisation, réduction des écarts riches/pauvres, planification écologique, il y a pour moi besoin de tout ça. Mais ils sont anti-nucléaires :sob: Et je pense, plus pour des raisons dogmatiques et pour garder des voix écolo qu’autre chose, à mon humble avis.

Après, moins à gauche, trop libéral et pro-transition-verte-a-base-d’enr, puis ensuite de + en + climatosceptique.

Et plus à gauche que FI, pas moyen d’avoir un impact suffisant.

En tout cas cette idée de planification est indispensable, et pensée et défendue depuis longtemps par FI. Et ce sont les seuls.

4 J'aime

Edouard Philippe, il est au nord (ok je sors :sweat_smile:)
Plus sérieusement, on a les politiciens qu’on mérite. La question serait peut-être de savoir la proportion de gens qui ne sont pas à l’ouest. Mais ca va tourner en débat « la poule ou l’oeuf »

1 J'aime

Je pense que notre démocratie n’est pas faite pour faire émerger des candidats capables de faire une politique de long terme.
(…)

Il me semble qu’ils sont anti-nuc à horizon 2050… Genre leur position était plus mesurée dans mon souvenir (mais c’est y’a loooongtemps)

Mouais… Dernièrement sur la question de la voiture électrique par exemple, c’est que ça nécessiterait de nouvelles centrales nucléaires donc c’est pas une piste…

Et Y. Jadot, il vous plait pas Jadot ? :sweat_smile:

Jadot est persuadé qu’il peut promettre la lune et le soleil en même temps. Que tout est possible il suffit d’y croire.
Pour ce qui est de la FI, c’est clair que ce parti est parti dans la doxa antinucléaire comme le reste de la gauche sans trop y réfléchir (comme moi je l’ai fait pendant longtemps, je le rappelle à ceux qui ne le savaient pas (voir discussions Proposition pour sortir (ou ne pas tomber) dans les clivages autour du nucléaire )
Aujourd’hui le poids du vote écolo est incontournable à courte échéance et la génération qui est aux commande est anti nucléaire. Elle s’est formée dans les année 80 à 2000, avant que JMJ ne vienne au monde.
Mais ça peu changer. J’ai entendu Mélenchon récemment dire qu’évidemment le nucléaire c’est décarbnné mais que c’est dangereux et que par conséquent il faut l’abondonner. Je crois que comme les autres il n’a pas encore bien intégré l’ampleur très concrête de ce que c’est comme changement une société décarbofossilisée ! Ceci dit leur conception d’un changement organisé par un plan stratégique et non par la libre action du marché est de plus en plus prise en compte puisque même Macron envisageait de ressusciter un commisariat au Plan, comme aux plus belles heures du gaullisme, Mais avec Macron c’est toujours pareil, c’est de la com. On s’empare des mots, on vide les concepts de leur sens pour asphyxier les discours contestataires et ils finissent par perdre leur sens et leur valeur. Ce qui ne peut que désespérer ensuite les gens qui finissent par ne plus croire en rien !

3 J'aime

Je considère également que LFI est cohérent avec certains aspects souhaitables de l’évolution de notre société.
Mais je suis persuadé que seul une alliance LFI - Les verts (et éventuellement ce qu’il reste du PS) dès le premier tour aurait une chance d’accéder au pouvoir.
En plus de certaines divergences probables de programmes, le frein sera également de trouver une personnalité présidentiable commune à mettre en avant.
Aujourd’hui, Mr Melanchon est « grillé » du point de vue opinion publique, Mr Jadot encore peu connu de beaucoup de gens. Par contre chez LFI, j’apprécie beaucoup la personnalité de François Ruffin qui a notamment proposé une proposition de loi pour le quota carbone individuel pour l’aviation récemment.
Bref, j’espère que ces partis auront l’intelligence de faire une primaire commune avec participation possible des non-adhérents au vote.

Pour ce qui est du nucléaire, c’est un risque mais il serait peut-être souhaitable d’avoir un référendum avec choix multiples (sortie, 50%, maintien, développement EPR, fermetures mais développement 4ème générations, …) et deux tours. ?
En accompagnant bien entendu cela de la publication et vulgarisation de différents rapports et expertises associées à chaque option (pour ne pas proposer des options non justifiées scientifiquement).
Cela permettrait d’une part d’informer la population sur les différentes options, de s’assurer de la cohérence scientifiques des options retenues (ne pas balancer un 50% basé sur du vent [au sens littéral et figuré :sweat_smile:], puis de s’assurer enfin de clore le débat pour quelques années en ayant un choix démocratique.

3 J'aime

Réfrigérantes les deux tours… :rofl:
Blague à part je suis d’accord à 100% avec ton analyse. J’ajoute que mélenchon parle de planification écologique depuis 2007 il n’est donc pas un converti récent. Dès cette époque il explique que la refondation de la gauche passe par l’écologie car elle met en évidence l’existence de l’intérêt commun.

3 J'aime

Je suis peut-être naive mais j’attendant de voir ce qui va sortir des propositions de la CCC et du projet de loi sur l’environnement. Il reste encore 1.5ans à Macron pour faire qqch, il faut espérer que les municipales vont le faire bouger.

Concernant LFI, ils ont de bonnes idées sur l’écologie en effet, Mais l’écologie seul ne fait pas tout.

Pour moi ce qui est un gros problème c’est leur position anti Europe. Je suis personnellement pro Europe et considère que l’union européenne (comme un mariage :wink:) est un travail de tous les jours. Tout n’est pas rose mais on essaye ensemble de faire mieux (une Europe plus juste, plus sociale où il fait bon vivre et en paix). Cette vision devrait être une visio de gauche non? Alors pourquoi autant de rejet de la part de LFI?
Exemple: Mélenchon fraichement élu député en 2017 qui arrive dans l’hémicycle de l’assemblée nationale, il voit le drapeau européen et dit: « Franchement, on est obligés de supporter ça? C’est la république française ici, pas la Vierge Marie. Je ne comprends pas »


Et je passe ces autres interventions, du genre « la république c’est moi!! » qui pourrait juste être dit sous le coup de l’émotion.

Avoir ce genre de personnage comme président est (pour mon humble avis) très dangereux. Vous imaginez si ca avait été Mélenchon à la comission européenne le week end dernier pour les négociations?

Encore une fois, leurs idées sur l’écologie sont bien la plupart du temps (le projet de lois sur les restrictions des vols intérieurs porté par Ruffin TOP!) mais les idées ne font pas tout, surtout quand on parle d’élection présidentielle où un homme représente notre pays !!! Car je suppose que pour LFI le candidat sera probablement Mélenchon non?

Ce qui me choque chez eux c’est leur communication. Ils sont toujours contre, contre, contre. Leur manière de travailler en équipe, d’écouter les autres me font penser qu’ils ne sont pas fait pour acceder au pouvoir mais pour être une force d’opposition.
Les interviews de Mélenchon, Corbière ou Ruffin sont très désagréables à écouter et regarder, ca s’engueule tout le temps, il n’y a pas de débat apaisé. Les interventions de Ruffin à l’assemblée, il ne fait que crier. C’est monsieur colère. Jamais je ne les ais entendu dire qu’un autre parti politique avec une bonne idée. Leur position est souvent tout ou rien. Après je suis quelqu’un qui ce méfie beaucoup des extrèmes en géneral donc je suis surement partiale de ce point de vue là.

Bref désolé pour le long message qui peut paraitre dur envers LFI mais mon avis est plutôt anti extrème que anti LFI (ce qui est proche mais pas exactement pareil :rofl:)

3 J'aime

He ben quelle réactivité chez les Shifters ! Ça fait plaisir à voir !

Je suis tombé sur les 9 propositions du Shift envoyées aux candidats des dernières présidentielles c’est intéressant (et attristant) de voir le constat : https://decarbonizeurope.org/les-reponses-des-candidats/
C’est drôle, tous les candidats arrivés en tête la dernière fois ont signé (mais en soutenant l’option ENR plutôt que nucléaire) comme quoi de signer un tel engagement, sachant qu’il n’engage à rien dans les faits et qu’il pourrait potentiellement draguer ceux qui le propose, est une stratégie que nos chers menteurs voient comme profitable. Macron n’est pas pour l’instant sur la pente de tenir ces engagements, quand on prône la croissance avant tout c’est pas évident il faut reconnaître.

Pour ce qui est de Mélenchon parlant de sortir du nucléaire ça remonte pas à y a si longtemps que ça, voilà un petit résumé en 5 minutes selon WWF : https://www.youtube.com/watch?v=NQIUuOd0rZw
Dans l’interview complète (https://www.youtube.com/watch?v=LcTES8fuM1o&t=1277s) il disait un truc qui m’a fait beaucoup rire, entre 14:40 et 14:55 parlant de remplacer les centrales nucléaires par des ENR « certains ne se rendent pas compte du boulot que c’est » … j’te le fais pas dire ! lui même se rend pas compte je crois. Il se base aveuglément sur le scénario Négawatt, ptet qu’il faudrait faire comprendre à Négawatt que leur histoire ne tient pas la route, mais bon c’est un autre débat.
Je veux bien reconnaître que à part le nucléaire, il est au moins conscient qu’il faut un changement radical sur l’écologie, je ne pense pas qu’il laissera la place à Ruffin comme il a l’air avide de pouvoir, tant qu’il est pas trop vieux du moins. Surtout qu’il a failli être au 2eme tour. Petite remarque en passant quand il a dit « la république c’est moi » c’était face à un policier lors d’une perquisition, policier qui doit défendre la république et que lui, en qualité de député, représentait ce qu’il fallait défendre, non pas qu’il représente la république à lui tout seul.

Nicolas Dupont-Aignan m’a surpris par son intervention : https://www.youtube.com/watch?v=YgL84wLW9jk&t=0s je ne connais pas du tout ce candidat par ailleurs donc je sais pas s’il est lucide sur les méfaits de la croissance. Quelqu’un pourrait me parler de ce candidat ?

Asselineau veut sortir de l’europe mais a l’air de prendre l’écologie un peu à la légère et n’a pas l’air d’avoir un avis sur tous les aspects de la société, donc un programme politique incomplet.

Marine Le Pen a l’ai plus intéressée par virer les immigrés que régler le changement climatique qui par ailleurs va générer une plus forte pression en terme d’immigation et que la solution la plus humaniste serait éventuellement de reconnaître notre responsabilité dans l’assèchement de leurs pays et de les accueillir, tant que notre pays lui-même n’est pas trop asséché, finalement ce seront peut être nous les émigrés de démain qui iront vers le nord. Ceci dit elle ne veut pas retirer les centrales nucléaires et veut y surajouter les ENR, ce qui est moins con mais toujours pas aussi malin qu’un plan fast-track nucléaire 4èmeG. Je crois pas qu’elle soit décroissantiste non plus.

Pour ce qui est l’idée de la planification oui mais il faut savoir ce qu’on planifie sur le temps long ! Si c’est ancrer dans le temps comme objectif une sortie du nucléaire et une relance de l’économie débridée, autant dire que je préfère rester sur du temps court … ça laisse au moins l’espoir d’un revirement de situation.

Par rapport à l’Europe elle a évolué sur une base de libre marché donc croissantiste et inégalitariste au possible. J’ai pas l’impression que ce soit facile à remettre en question, la solution anti-europe a l’avantage de relocaliser beaucoup de choses et donc réduire les émissions de transport, augmenter la résilience agricole, industrielle … à discuter tout ça mais l’europe me semble pas une solution à moins d’un tour de force majeur pour faire comprendre à tous qu’on doit stopper la machine, j’y crois moyen, si on le fait dans notre coin ça pourra au moins servir d’exemple à ceux qui voudront faire pareil et sera pas bloqué par une europe court-termiste si elle vient à se déliter.

Bon j’ai oublié des candidats, Hulot pourrait se présenter ? Je sais même pas ce qu’il raconte niveau nucléaire (j’ai cru comprendre qu’il serait contre) et s’il a un plan de transformation de l’économie cohérent.

2 J'aime

Pas tout à fait d’accord sur l’appréciation de @Lucie24, lors des « Etats généraux sur l’alimentation » en 2018, il avait porté une proposition conjointement e n commission avec le député MODEM RIchard Ramos !

Oui, merci, c’est ce que j’allais pointer du doigt. Ruffin à déposé plusieurs propositions de loi avec des membres d’autres partis (modem, je crois même LR). Et il râle car peu entendu, souvent les journalistes sont vraiment acides avec FI. Et leur râleries sont souvent très, très légitimes. En terme de personnalité je pense Ruffin beaucoup plus fédérateur que tous les autre FI, mais si Mélenchon se retire, ça risque d’être un peu la foire d’empoigne avec les autres têtes connus de FI, qui sont très bons par ailleurs mais pas aussi fédérateurs, AMHA.

Après il faut clairement une alliance de gauche écolo, bon courage à ceux qui vont essayer… Pour y avoir trempé les orteils c’est vraiment compliqué comme milieu.

1 J'aime

Il faut préciser que LFI ne propose plus une sortie de l’Union Européenne alors qu’elle ne l’excluait pas lors de l’élection présidentielle de 2017 « L’Europe on la change ou on la quitte » disait Mélenchon à l’époque, sur ce point leur position a évolué, il n’est plus question de quitter l’UE.

2 J'aime

La position de LfI est croissantiste non ?

Je ne l’es soutiens plus vraiment mais le programme de Melanchon au dernière présidentielle c’était exactement le programme des États Unis en sortie de guerre…
et les médias qui les font passer pour des extrêmes, cela dépend où ce place l’histoire :slight_smile:

J’aimerais attirer l’attention sur le fait d’être « contre les extrême de bases » c’est une position voulu et mis en place par les politiques Et média mainstream Qui nous bloque dans des carcan.

Notre position écologique est d’ailleurs vu comme un extrême aux yeux des médias et des gens. Donc ne soyons pas contre les extrêmes actuel.

Pour caricaturer On est bien loin de l’URSS ou des partis nazis.

1 J'aime

Difficile de se prononcer à ce stade. 2022 est loin dans le « temps politique ». Tout peut se passer d’ici là, le tableau pour 2022 est donc loin d’être constitué. En guise d’ex. il suffit de regarder où était Macron deux ans avant son élection.
Ce qui nous permet de tirer au moins deux conclusions:

  • personne a intérêt à sortir un programme auj, celui qui le fera est pratiquement sûr de se tromper.
    Par contre on peut commencer à voir qq’uns se prononcer sur leurs intentions de « jouer un rôle en 2022 »
  • rien n’empêche de lancer un mouvement dès auj (cf. Macron/marcheurs) s’il y a une demande non satisfaite.
    Il faudrait demander à des experts en opinion mais il me semble qu’il y a effectivement une demande de « plus d’écologie » mais qui ne suffit pas, auj, à créer une coalition capable de gagner en 2022.
    Ma compréhension des sondages est que les français ont besoin de protection et que ça risque d’être le coeur du sujet pour les prochaines échéances. Une narrative écologique doit donc satisfaire également cette demande.

Autre souci, personne (à part peut-être un peu Macron mais seulement en se faisant écho du Green Deal) n’incarne un projet, ou mieux encore, un « rêve » intégrant les besoins de réduire l’empreinte carbone. Et je dis bien « intégrant », car juste réduire les émissions ne fait rêver personne. Il faut donc un projet/vision/rêve plus complet plus qq’un pour l’incarner, c’est comme ça qu’une candidature/coalition gagnante peut se construire.

2 J'aime

Je ne vois pas de haine chez LFI mais plutôt dans les média qui parlent d’eux
Il suffit de regarder le traitement médiatique de Melanchon lorsque les sondages commençais à le dire au deuxième tour.

Et pour l’écologie et les anti capitaliste je suis d’accord oui mais, capitalisme et écologie c’est vraiment possible ?

J’ai toujours été de droite et fervent capitaliste mais au bout d’un moment Voir Les différence de revenus et les inégalité ce creuser dans des proportions Indécentes ça fait ce tourner vers des programme qui, je le répète, sont fait passer pour des extrêmes mais qui ne le sont historiquement pas. Encore une fois le programme de LFI c’est celui des États Unis d’après guerre, les États Unis ont été d’extrême gauche ? Ce ne sont que des cases après tout.

Et je re-precise ma pensée que nous ne devons pas tomber dans ce piège car l’écologie que nous prônons ici est extrême aux yeux de la société est ce que pour autant nous avons tord ?

En tout cas et ce qui est sur c’est que comme le dit @JuanC personne ne ce mouillera avant de voir ce qu’il ce passe après le covid

Et que les choc économique ou même climatique définiront la présidentielle.
On devrait presque espérer qu’un choc climatique style énorme sécheresse arrive juste avant la présidentielle pour ne pas perdre 5 ans à nouveau :confused:

2 J'aime

Pas à ma connaissance, en tout cas Ruffin a clairement sorti la question de la croissance (du PIB) de son discours, il dit : « la croissance ce n’est pas mon sujet, je ne suis ni croissant ni décroissant, je suis acroissant » et je crois que c’est la meilleure réponse qu’on puisse faire, après ça les journalistes ne savent plus quoi dire…

3 J'aime

En effet, dans mon « tout peut se passer » la possibilité d’un évenement majeur (type sécheresse, inondations, autre…) est toujours présente.

En tout état de cause, je pense que le terme « extrème » a toute sa place dans la définition du problème des GES, nous ne sommes malheureusement pas à l’heure d’une transition douce, mais plutôt dans l’extrème urgence.

Au sujet du Capitalisme et Ecologie, je me permets d’y faire un détour car ça été évoqué même si ce n’est pas le sujet central de la question posée: je ne vois pas en quoi c’est une contradiction.
Essayons de comprendre: On peut socialiser (au sens on finance par les tarifs ou tout autre forme de prélèvement chez tout le monde) des centrales de production électrique au charbon ou des réseaux de transport de kérosène aussi bien qu’on peut avoir un système où des sociétés (privés, coopératives…) produisent de l’hydroélectricité et vendent leur production sur le marché. Tout ça pour dire qu’avoir un système capitaliste - au sens (i) la propriété est fondamentalement privée et (ii) l’objectif est la recherche de profit- ne contredit pas, pour moi, l’objectif de réduction de GES.

La question est donc: comment intégrer l’objectif de moins de GES dans notre système capitaliste? Sans doute la réponse comporte plusieurs axes: intégration des externalités et autres systèmes incitatifs, régulation par contrôle-commande, mécanismes de cap&trade, etc…

Encore un détour: en soi le souci n’est pas le système, mais la façon dont sont répartis les bénéfices entre ceux qui apportent le capital (et qui prennent donc un risque important) et ceux qui apportent le travail (à noter que dans une bonne partie des cas, ce sont les mêmes personnes, ex. le boulanger du coin). Puis, au sein de ceux qui apportent le travail, entre les niveaux hiérarchiques.
Cela veut dire aussi qu’il faut créer des bénéfices, sinon il n’y a rien à distribuer. Hypothèse non négligeable trop souvent oubliée.

Désolé pour les détours… ; )

3 J'aime