Proposition pour sortir (ou ne pas tomber) dans les clivages autour du nucléaire

Lors de la méga mensuelle de juin sur le ReX du Top 10 (merci, c’était top !), on a encore vu un exemple de clivage (pour ne pas dire stigmatisation) autour du sujet du nucléaire (je fais allusion à l’accueil que les élus ont réservé aux shifters grenoblois). Bravo à eux : ils ont su rester sur un débat constructif !

Ce n’est pas le seul exemple : il suffit de lire quelques commentaires des publications de JMJ pour voir la polarisation que cela provoque. N’importe quel sujet en lien avec l’énergie peut virer rapidement à des objections pour/contre le nucléaire. Et j’ai l’impression que cela nous éloigne du cœur du sujet de la décarbonation.

Voici la proposition (naïve) que je voudrais vous soumettre, pour savoir à quel point elle vous semble pertinente.

A l’image des scénarios du GIEC (RCPx.y), nous pourrions décliner les propositions du Shift selon 3 scénarios :

  1. Augmentation de la production nucléaire
  2. Maintient de la production nucléaire actuelle
  3. Réduction de la production nucléaire

En effet, en fonction du scénario, chaque proposition n’aura pas forcément le même :

  • bilan carbone
  • effort en sobriété
  • besoin d’investissement
  • etc.

A titre d’exemple, si on suit le scénario 3) actuellement en cours en France (avec la fermeture de Fessenheim), j’ai lu que le bilan carbone du mix électrique français allait augmenter (je n’ai pas le chiffre), et j’imagine qu’en conséquence de cela, l’intérêt pour des solutions électriques (par exemple pour la mobilité : voitures, vélos, etc.) devient moindre, non ?

Ce n’est peut-être pas significatif avec la fermeture d’1 seule centrale (quoique…), mais si cela s’inscrit dans un scénario prospectif, il me semble que cela permettrait de mettre en évidence soit des incohérences (par exemple vis-à-vis des enjeux climatiques ou de l’approvisionnement en énergie fossile), soit des efforts de sobriété qui vont au-delà que ce qui est perçu/calculé actuellement.

Qu’en pensez-vous ?
Merci d’avance.

6 J'aimes

Cela me semble une approche très pragmatique en effet !

Le problème du nucléaire est d’être sorti du débat rationnel.

Sinon y a ça parce que vu la compréhension du problème… Je dis pas qu’une dictature « verte » soit souhaitable mais il y a de quoi se poser la question. L’éducation des citoyens est un travail à long terme pour le problème qui nous occupe.

1 J'aime

Le problème est beaucoup plus profond et nos chers députés n’ont sûrement pas la compétence pour l’appréhender.

Les ordre de grandeur sont les suivants :
la consommation d’énergie électrique en france représente à peu près 1/4 de la consommation d’énergie globale, qui elle est essentiellement produite par des énergies fossiles.
cette énergie électrique est produite aux 3/4 par du nucléaire dans 57 réacteurs.

Le débat nous est présenté sous l’angle de réduire ces 3/4 à 1/2 pour faire la place aux ENR. c’est à dire en gros arrêter une douzaine de réacteurs pour les remplacer par des éoliennes et des panneaux solaires.
Ce n’est complètement pas à l’échelle du problème et en plus c’est complètement irréaliste car il faudrait des milliers d’Eoliennes et des milliers d’hectares de panneaux solaires pour y arriver, avec en plus, comme ce sont des énergies intermittentes, des centrales thermiques à gaz ou autre pour passer les pointes les jours où il n’y a pas de vent ou de soleil.

La vraie échelle du problème, c’est de réduire la part de consommation d’énergie d’origine non électrique, d’une part en réduisant la consommation, d’autre part en transférant sur de l’énergie électrique les énergies thermiques. ( voitures électriques, pompes à chaleur électriques, camions électriques, avions remplacés par des trains, etc).
Il va donc falloir une production d’électricité de masse beaucoup plus importante dans laquelle on va trouver effectivement des ENR, mais surtout de nouvelles centrales nucléaires.
Si on veut une énergie décarbonée, on ne peut pas faire autrement car les ENR ne pourront jamais dépasser plus du quart de la production d’électricité, à cause de leur caractère intermittent.

L’autre solution est d’arrêter de consommer de l’énergie : on arrête les usines, on arrête de se chauffer, de rouler en voiture, etc. C’est à dire la décroissance à grande vitesse mais est-ce viable et supportable ?

La vérité est sûrement entre les deux : accepter une décroissance mesurée, lente, qui ne bouleverse pas les grands équilibres et transférer massivement la consommation, et donc la production d’énergie non électrique vers de l’énergie électrique. Et bien sûr réduire la consommation d’énergie en isolant par exemple les bâtiments.

4 J'aimes

Disposer des données lucides, pour faire des choix cohérents, me parait une bonne approche.
En plus cela permet de positionner TheShift et ses Shifters, comme des ingénieurs, OK, mais pas (nécessairement) « PRO » nucléaire, et de montrer que l’on peut aussi calculer et planifier de faire sans… Mais en cherchant à comprendre « à quel prix » ?

1 J'aime

Sans parler des TRE des EnR et assimilés qui nous mènent à un confort sociétal incertain.

C’est à dire la décroissance à grande vitesse mais est-ce viable et supportable ?

Faut définir le « viable et supportable », pour les humains, la planète, les océans, le règne animal ?

Si on veut une énergie décarbonée, on ne peut pas faire autrement car les ENR ne pourront jamais dépasser plus du quart de la production d’électricité, à cause de leur caractère intermittent.

les ENR seules , faut être factuel. Avec du stockage, c’est ez

1 J'aime

Le nucléaire est la seule énergie actuelle avec l’hydroélectrique ayant un TRE intéressant. C’est pas pro-nucléaire, c’est pro-jaifaituneanalysefactuelle

On peut faire sans mais ça va pas faire rire grand monde (perso ca me va assez bien)

2 J'aimes

La proposition d’ @Alfred est intéressante car elle permet de ne pas faire fuir les activistes « anti-nucléaires » du Shift. Et aussi de faciliter la conservation des liens et le support des autres organisations supporter de la transition. Mais c’est triple travail, quoique, on a un modèle on change les paramètres…

Il faut que je retrouve le lien sur le simulateur en ligne…

Je trouve que sa proposition est super, je déplorais juste que « le nucléaire ne soit plus un débat rationnel » et qu’il fallait en tenir compte. Et en partant du TRE, c’est peut-être plus jouable (quoi que… :roll_eyes:).

Faudrait juste aussi replacer le problème lié au fait que même avec ces capacités de production assez impressionnantes, on ne peut pas physiquement maintenir notre niveau de confort.

1 J'aime

Bonne question
Bien sûr que pour la planète et le règne animal, une décroissance très rapide serait préférable.

Le risque est qu’une décroissance trop brutale crée un chaos économique planétaire qui pourrait avoir des conséquences désastreuses (guerres, famines, déplacements massifs de populations) et soit pour finir contre productif écologiquement.

Pour ce qui est du stockage de l’énergie des ENR , théoriquement, bien sûr que c’est possible mais dans les faits, les quantités d’énergie à stocker pour tenir quelques jours sans vent ou sans soleil sont colossales et c’est quasiment impossible.
La seule solution envisageable serait de stocker cette énergie sous forme d’hydrogène et d’utiliser ensuite celui-ci pour refaire de l’électricité mais les rendements sont mauvais.

1 J'aime

voilà, c’est mieux quand c’est précis :-), faut toujours être précis sinon on compare des briques et des camions et tu te prends Brandolini sur le coin de la tronche.

Pour les gens qui débarquent dans le fil, regardez surtout le premier message

Activistes anti-nucléaires et shift ne sont pas compatibles.

A partir du moment où on est anti, il n’y a plus de débat possible.
Lisez cet article :

1 J'aime

Merci pour la leçon. C’est qui Brandolini ?

1 J'aime

Merci, j’ai appris quelque chose !

et pour préciser @Francis69, je ne disais pas que tu disais une connerie mais il faut éviter que quelqu’un en glisse une dans une faille de ton explication L’idée est ne pas laisser de brèche ouverte à des arguments pouvant te discréditer aka « se faire brandoliniser ». Tu as le même principe avec la « punch line » ou dans les procès aux USA « si il a menti une fois alors tout ce qu’il dit peut être remis en cause »

Pour les gens qui débarquent dans le fil, regardez surtout le premier message et proposition de Alfred

moi aussi :slight_smile: merci

OK pour EnR, mais pour TRE… Bon on va fouiller
Ah ok:


Pas trouvé de lexique durable…
Bon j’en ai fait un, en licence libre, contributeur welcome

J’y ai mis une présentation qui développe les tenants et aboutissants du TRE

1 J'aime

Après réflexion, pour répondre au post de @Francis69 sur la porte-parole d’ER, je crains que anti-nucléaire ou pro-nucléaire ne soit autant contre-productif l’un que l’autre. Je préfère de loin le côté pro-jaifaituneanalysefactuelle de @Norway.

2 J'aimes