Projet - Moto - Dossier sur la moto et sa place dans la transition

Salut à tous, je souhaiterais lancer un petit projet et recherche des intéressés pour m’y aider

Résumé : l’objet du post est de créer un dossier sur la moto (et le scooter), et de sa place en tant que moyen de transport alternatif à la voiture.

En regardant le cours de JMJ, l’un de ses diagrammes m’a choqué :

Comme on peut le voir sur ce diagramme, la moto consomme plus au passager kilomètre que la voiture classique. Il explique succinctement pourquoi mais je ne suis pas convaincu par son argument.

Donc suite à ça je compare différents modèles de motos, et force est de constater que de nombreuses motos ont des consommations de 3-5L/100km. Quand on sait qu’une voiture moderne (à essence) consomme dans les 4-6L/100km en pesant 4 fois plus lourd, y a quand même de quoi se poser des questions.

En creusant le sujet j’ai remarqué que c’était en partie à cause des normes antipollution. En effet, comme les motos sont (beaucoup) moins nombreuses que les voitures, elles reçoivent les normes bien plus tard que celles-ci. Je reste cependant sceptique, je ne pense pas que ça puisse tout expliquer.
(Etude ADEME 2008), (Comparaison des mobilités)

Et donc ?

Au vu de ce constat, et sachant que j’aime (comme beaucoup d’autres) la moto, je me suis dit qu’il y aurait un projet intéressant à faire sur ce sujet. Le but serait donc de monter un dossier pour les motards écolos (comme moi) qui s’articulerait en plusieurs points :

  • Pourquoi la moto pollue autant alors qu’elle est si légère ?
  • Conseils d’achat, selon les préférences.
  • Quelle direction devrions-nous prendre pour que ça ne soit plus le cas.
  • La moto peut-elle s’inscrire dans la mobilité de 2050 ?

J’ai cherché et je ne pense pas qu’un équivalent existe déjà. En considérant qu’une voiture de 800kg peut avoir une consommation inférieure à 4L/100, la moto à moteur thermique en dessous d’1L/100 n’est peut être pas une utopie.

1 J'aime

Le scooter Cub 50cm3 de Honda donne 105 km/L (les indications de consommation au Japon sont inversées). Ce sont des données constructeur donc en réalité on est plus autour du 70km/L mais comme tu dis, il y a des questions de réglementations qui font qu’il n’y a pas beaucoup d’efficacité recherchée par le constructeur.

Je ne crois pas me tromper en disant que le Cub c’est celui qui a la meilleure consommation sur tout le marché japonais. La plupart en 50cm3 sont autour de 60 en données constructeur. La différence vient je pense du fait que le Cub, même en 50cm3 a 3 vitesses.

Les questions que tu poses sont intéressantes. Spontanément on pense que la moto a un mauvais bilan carbone et apparemment les mesures le confirment. Mais alors que faire pour (avec?) les amoureux de la moto? Comment ne pas diaboliser une pratique (et donc ses utilisateurs) qui ne se veut pas nécessairement ignorante des contraintes consécutives aux choix collectifs du vivre ensemble? Peut-on penser des changements techniques tels que la moto soit plus écologiquement compatible? Car cela ramène à la question de l’acceptabilité sociale des mesures de réduction des consommations à effet de serre. Pour les shifters, il n’y pas de mauvaise question à se poser.

guide de la mobilité du Shift , il y a une fiche sur les scooter .
Il ne faut pas oublier que l’objectif de l’association est : comment décarboner notre économie

Que veux-tu dire?

Tu peux mettre un lien s’il te plait ?

Je pense qu’il parle de ce guide :
Le dernier de la liste, Étude complète véhicules (V1)

Mais la partie scooter est assez courte

Il faut clairement se poser la question de l’utilisation également. Qu’importe le bilan, même si on vise une petite moto qui consomme relativement peu, si c’est pour faire des kilomètres juste pour le plaisir d’en faire c’est difficilement compatible avec les objectifs climatiques actuels. Si c’est pour remplacer des kilomètres voitures alors ça fait bien évidemment sens du moment que le bilan montre des résultats favorables. C’est un peu bateau comme remarque mais ça me semble fondamental.

2 J'aime

Effectivement, mais dans la situation actuelle, si une personne souhaite diminuer son empreinte, mais a une situation géographique contraignante (habitant à la campagne par exemple), la quasi totalité de sa mobilité doit se faire en voiture. J’habite à la campagne, et à part pour acheter du pain, des médicaments ou certains soins, je ne peux rien faire sans faire au moins 20km (et encore). Donc dans ce cas, proposer une mobilité individuelle, peu polluante et à bas coût (donc pas de voiture électrique), me semble pertinent.

Ce n’est certes pas la seule option, mais à mon avis ça pourrait permettre un report modal vraiment significatif.

décarboner notre économie , induit sortir des énergies fossiles carbonées , dans cette optique , la moto ne peut s’envisager qu’à propulsion électrique

2 J'aime

Pour donner une petite idée, je possède une Aprilia Shiver 900 et quand j’ouvre fort, je suis à environs 6l/100km alors que si je roule tranquillement, tout au couple, je suis à 2l/100km. J’ai fais l’expérience sur plusieurs plein pour être reproductible.

Et pour info, je vous déteste ! na ! ^^

1 J'aime

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi. Oui, parvenir à une propulsion électrique. Mais en attendant, comment on écoute les poids de vue des motards, pour ne pas les renvoyer dans un refus de l’échange sur le problème du carbone. D’autant que tout se relativise avec l’intensité de l’utilisation, sa nécessité professionnelle et sans doute d’autres facteurs;
Par analogie, le rapport du Shift sur le transport aérien a été largement écrit et commenté par des amoureux de l’aviation, qui s’interrogeaient sur les moyens de la rendre écologiquement supportable.

2 J'aime

je n’ai rien contre les motos , j’en ai eu une pendant 30 ans .j’ai commencé en 125 pour finit en 900 Cagiva … pas terrible pour le CO2
Effectivement c’est l’usage qui est à prendre en compte en premier
Il ne suffit pas seulement de passer à l’électrique , il est nécessaire de changer de comportement : fini la vitesse, fini les puissances excessives
Le PCAET de Vannes Agglo préconise : 110kmh sur autoroute , 100kmh sur voie expresse, 80 kmh sur route
Je pense que ce changement est très peu compatible avec le plaisir de la moto!

1 J'aime

Attention, l’efficacité des moteurs thermiques n’est pas linéaire : plus vous avez un gros truc qui consomme plus il PEUT être efficace. Les moteurs électriques sont donc avantagés et avantageux pour les véhicules légers comme les motos par exemple.

4 J'aime

Et le simple plaisir de fendre l’air tranquillement à 100 km/h, c’est déjà pas mal. Et puis la sobriété, c’est ça: ne pas renoncer nécessairement à tous les plaisirs mais les goûter mieux.

2 J'aime

Je roule moins vite, mais je prend des itinéraires plus sinueux, ça compense ^^

Entre cynisme, dérision, et propos profonds (pour ces derniers en effet, il faut creuser: lecteur de Oui-oui ou électeur LREM, passe ton chemin, tu ne comprendra pas grand chose, et ça ne fera que t’énerver):

1° Je base mon trifouilli neuronal dans ce cadre:

-« Dossier sur la moto et sa place dans la transition », ou plutôt « Dossier sur la moto et sa place dans les sociétés ».
-Quote « ne pas renoncer nécessairement à tous les plaisirs mais les goûter mieux. »

2° Le triffouilli neuronal en question:

Gouter mieux sans renoncer, c’est ça, ça s’appelle la société occidentale (sous perfusion de capitalisme massif depuis 60 ans, donc d’auto-satisfaction-inassouvie-permanente) et on lâchera rien de nos privilèges (et les privilèges, c’est clairement le propos ici).

Et on le fait déjà, en fait, de ne pas renoncer nécessairement à tous les plaisirs mais les goûter mieux.

Après c’est de la philosophie: Si je renonce à mon plaisir de toucher « tout le temps » des petits enfants pour ne les toucher « que de temps en temps » (mais intensément quand même, il faut savoir profiter de la vie, hein !), suis-je sobre ?!?

Nan je déconne je suis un pauvre je pourrais pas me couvrir si l’un d’eux me balance un jour (fun fact: car personne d’autre ne le fera: l’histoire parle, il suffit d’écouter: la propriété privée de ses propres enfants est plus-que-sacrée, il n’y a donc que le gamin traumatisé lui-même qui pourra - s’il est aidé de la communauté humaine autour - balancer l’affaire et peut-être, si la milice urbaine n’est pas occupée à obéir aux riches, donc sans utiliser leur autre neurone, faire enfermer le type - un pur produit du patriarcat, soit dit en passant - qui est à l’origine du traumatisme, 15 ou 35 ans mini après le début de l’enquête, comme pour un viol de femme, à peu près. Sinon, tu t’en tiens à ta culture: « - Tends l’autre joue, pécore ! »): je ne touche pas de petits enfants. C’est un exemple extrême (Cap’tain Obvious !), car bien définir le blanc et le noir permet de pouvoir étaler des tonnes de couches de gris. Situez donc vos machine-à-bruit où vous voulez dans ce panel de chromatiques.

Et si, juste, on utilisait les notions « d’individualisme » et de « collectivisme » dans le transport (quels que soit la machine ou l’humain-machine qui te porte) ?

Et, si, aussi, en parlant de la "liberté - sous contrainte d’avoir un véhicule suceur d’énergie-qui-vient-pas-de-toi-même (car 5 km en vélo, c’est chaud-grave-trop-compliqué, mais plus de 5km, là on arrive dans le « tu oublies mon pote, je crame du pétrole et point barre, non mais je suis libre ou pas ! ») - de la campagne", on utilisait les notions de distance, de regroupement de lieu de vie, de ville, bref, de logistique commune ?

Et, si, on arrêtait de se mentir et qu’on trouvait juste logique que la moto ou tout véhicule à l’usage d’une seule personne (sans compter les putains de décibels dans la gueule des gens qui se trouvent de 0 à 500m de la machine quand elle fonctionne, hein, ça c’est cadeau - c’est tellement agréable !-, de se faire niquer les tympans, de plus pouvoir parler à son, sa, ou ses chères-et-tendres), ce n’était qu’en fait juste du plaisir personnel égoïste, qu’en terme psychologique on nomme « masturbation ».

Et on aime ça la masturbation, c’est livré avec notre cerveau, c’est pas le soucis !
Par contre, quand je me masturbe, moi, ça crame pas autant d’énergie.

C’est fou, non ?

Au fait, sans doute l’avez vous lu (ou évité de le lire car ça utilise les mots que la langue de bois à récupéré avec la mention « ce mot là c’est caca tu ne dois pas l’utiliser, et ce mot là il veut dire ça, pas ça comme son étymologie elle le dit, hein, surtout, mais comme moi je te le dit », comme nos riches auto-énarques de notre bon vieux système féodal nous apprennent à le faire depuis plus d’cinquante ans): Un article sorti en 1974, de Gorz, que voici. Comprenne qui peut :slight_smile:

gorz.pdf (77,7 Ko)

Bisous anticapitalistes ! <3

3° Conclusion:

Allllerrrrr, quoi ! au final, on s’en fou ! On a une belle vie masturbatoire que n’auront aucunes autres générations sur la Terre, ce petit vaisseau spatial qu’on est content d’avoir niqué complètement (80% de la biodiversité, le chiffre dont pas grand monde comprend l’énormité) juste pour avoir 100 années de bonheur total (pour 5% de la population humaine terrienne, d’accord, mais on est dedans ! hé, la classe, non ?!) ! Alors parlons sans agir, y a pas urgence.
Quand le système social prédéfini pour être ouvert et changeant et évolutif est en pleine récession et destruction et lissage par le bas, on s’en bat les steaks, on va regarder du foutre-balle et des jeuzolympique dans des pays symboles de libertés !
On a nos télés et nos écrans branchées 24h/24h pour que les Chiens de Gardes nous disent comment réfléchir, alors qu’est ce qu’on se fait chier, en fait ?!
Aller, je m’en vais donner des sous à Marc Zuckerberg et ses potes, pour qu’ils me donnent les bases de ma vie sociale et le sens de cette semaine ("- De quoi dois-je parler aujourd’hui, Saint PernJadas ?!? Réponds-moi, ô, puissance-sacrée-de-la-sainte-information-la-seule-la-vraie-sortie-de-ta-parôle-! Que suis-je, pêcheur originel ! Vite, un Xanax avant mon Guronsan plutôt que du repos et une vie moins stressante !")

On passera sur la provocation gratuite…

Je vais préciser mon propos. Aujourd’hui, il y a de nombreuses personnes qui ne peuvent pas se passer de voiture pour travailler. Le vélo, la marche et les transports en commun ne sont pas une option pour tout le monde. Il reste le covoiturage mais c’est un système qui a ses limites (bonne entente, horaires compatibles, proximité des lieux d’habitation etc). Pour ces personnes là, il faut commencer par leur proposer un moyen de transport MOINS carboné, donc passer d’un SUV à une petite voiture par exemple.

C’est pour ça que j’ai pensé à la moto. En considérant qu’une moto pèse en moyenne 5 fois moins lourd qu’une voiture, qu’elle ne reste pas bloquée dans les bouchons et qu’elle permet de rouler sur la rocade ou sur des distances plus importantes (ce que le vélo, même électrique ne permet pas), je pense qu’il y a ici une piste intéressante à développer.

Des points à noter:

  • le plaisir de la moto n’est évidemment pas le propos,
  • aujourd’hui une moto consomme comme une petite voiture ce qui est aberrant,
  • la différence de poids peut permettre tout un tas de levier, sur une moto électrique par exemple,
  • la majorité des motos actuelles ne sont pas une alternative écologiquement intéressante à la voiture, ce n’est donc en l’état pas une alternative réellement intéressante,
  • il y a aujourd’hui une diabolisation de la moto dans les sphères écologiques, qui rend la moto perçue uniquement comme un objet de plaisir et non pas un moyen de transport, ce qu’elle est malgré tout.

Ma question est alors simple, est-ce qu’il est pertinent de voir la moto (ou scooter) comme un moyen de transport d’avenir potentiel, sous-réserve qu’il soit fortement mieux écoconçu, ou est-ce que c’est un cul-de-sac ?

1 J'aime

Les meilleurs hybrides 5 places au Japon arrivent à des consommations équivalentes à des scooters, donc largement meilleures à celles des motos. Le prix des scooters électriques est presque équivalent à celui des scooters essence, et pour des trajets 10-30 km sont très pratiques, même si la conduite est dangereuse à cause des véhicules plus lourds.

Si on passe à une restructuration de l’espace urbain (ce qui fait partie du Plan, si je ne me trompe pas), et à condition de considérer des systèmes de prêt, partage, recyclage de batterie etc. je pense qu’on a un moyen de transport idéal.

1 J'aime

Je vais en profiter pour poser une question : un scooter trafiqué (de ceux qui font un vacarme à retourner tout un cimetière) consomme plus ou moins ou pareil que la version non trafiquée ? (mon intuition me dit que ça peut aller plus vite donc c’est pire, mais je me trompe peut-être)