Jean-Marc Jancovici : Encore quarante ans de pétrole

Au cas où vous l’auriez raté.

1 J'aime

Pour ceux qui n’auraient pas accès à cet article, je vais tenter de résumer ici avec mes mots ce que dit Jancovici:

L’article est sans doute une réponse aux personnes qui on tendance à considérer les estimations des organisme comme BP comme le nombre d’années restantes pendant lesquelles l’approvisionnement en pétrole est assurée (ici il fait référence au tableau de la page 16 du BP statistical review 2021 qui donne 53,6 ans comme ratio réserve / production « Reserves-to-production (R/P) ratio – if the reserves remaining at the end of any year are divided by the production in that year, the result is the length of time that those remaining reserves would last if production were to continue at that rate. »)

En gros ce qu’il explique c’est que, considérant la production de pétrole en fonction du temps, si on en estime la somme d’aujourd’hui à la fin des temps (c’est à dire le résultat de l’intégration de la fonction ou la surface sous la courbe représentative de zéro à l’infini), on ne peut pas en déduire la forme que va prendre la courbe.

En l’occurrence il serait stupide de penser que la courbe de production de pétrole va être plate avec sa valeur égale à la production actuelle puis passer du jour au lendemain à zéro. Les contraintes géophysiques font plutôt penser que cette courbe va diminuée progressivement et aller au-delà des 53,6 ans mais, donc, avec des volumes de production de plus en plus contraints.
Pour lui ce lent déclin a déjà commencé et étant donné que toutes les machines et l’industrie restent extrêmement dépendantes du pétrole le fait même de transitionner vers d’autre énergies risque d’être difficile.

2 J'aime

Voilà l’article en entier : 40 ans de pétrole – Jean-Marc Jancovici

1 J'aime