Explication d'un chiffre sur graphe "cycle du carbone"?

Bonjour,

Je me penche sur le graphe de JMJ sur cette page :

Le chiffre qui me pose problème c’est celui (en noir) de l’océan intermédiaire : « 37,100 ».
Je ne comprends pas si c’est 37100, dans ce cas, il suffirait presque à résoudre nos problèmes (enfin non, mais c’est énorme), ou si c’est 37,1 et dans ce cas pourquoi il a écrit les « 00 » derrière ?

Merci pour vos lumières, ça me sera bien utile :slight_smile:


Morgan

Salut,

Je n’ai pas lu tout l’article mais cela semble bien être 37 100 GtC d’après ce qui est expliqué sous le graphe. Passer de 37 100 à 37 200 peut paraître dérisoire du côté de l’océan profond mais, d’un autre côté, le dérèglement de ces échanges à cause de l’activité anthropique fait passer l’atmosphère de 597 à 762 ce qui n’est pas tout à fait négligeable.

Ce diagramme signifie par exemple (les explications complémentaires sont plus bas dans le reste de la page) :

  • que les sédiments de surface (la fraction des sédiments océaniques qui est au contact de l’eau) contiennent 150 milliards de tonnes de carbone, montant inchangé depuis le début des activités industrielles,

  • que l’océan intermédiaire et profond contenait 37.100 milliards de tonnes de carbone en 1750, montant qui a augmenté de 100 milliards de tonnes de carbone depuis le début des activités industrielles,

  • que les écosystèmes continentaux contenaient 2.300 milliards de tonnes de carbone en 1750 (dans les plantes, les sols et l’humus), montant qui a augmenté de 101 milliards de tonnes de carbone depuis le début des activités industrielles au titre de l’accroissement de la productivité des plantes, mais qui a baissé de 140 milliards de tonnes de carbone sur la même durée à cause de la déforestation et éventuellement du déstockage d’une partie du carbone du sol,

  • que l’atmosphère contenait 597 milliards de tonnes de carbone en 1750, montant qui a augmenté de 165 milliards de tonnes de carbone depuis le début des activités industrielles suite aux émissions de CO2,

  • que le stock de combustibles fossiles (tout agrégé : pétroles, gaz, charbons) valait environ 3700 milliards de tonnes de carbone en 1750 – avant que l’on ne commence à piocher dedans – et que fin 1994 nous avions « déstocké » (en fait brûlé, donc avec transfert de CO2 à l’atmosphère) environ 244 milliards de tonnes de carbone (pour info entre 1994 et 2005 cette valeur a augment de 30%).

Juste pour mentionner que bien que la « taille » estimée de ces puits est impressionnante, les constantes de temps le sont aussi: des milliers d’années

https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1029/2004GL020612

ce qui en limite l’utilité.

Merci pour ces réponses et précisions. Oui je connais les temps de l’équation, mais bien sûr j’ai du mal à les « intégrer » (au sens psy :wink: ), c’est pour ça que je me penche sur ce graphique, pour comprendre plus en détail ce que j’ai compris en principes.

1 J'aime

Tout est extrêmement bien expliqué ici :slight_smile:

https://www.youtube.com/watch?v=vHCQk2_8pew

1 J'aime