Et si c'était l'Allemagne qui avait raison au final ? analyse

[SPOILER] L’analyse est pas des plus drôles alors si tu tiens à ton moral, passe ton chemin… je ne plaisante pas :worried: :worried: :worried:

J’ai mis quelques blagues pour égayer l’ensemble.

L’analyse suivante repose sur une question initiale :
« Pourquoi est-ce que les allemands poussent tant pour que l’Europe investisse dans l’hydrogène ?!?! »

L’hydrogène a un rendement médiocre qui détériore celui de la source primaire initiale (éolien et solaire) qui est déjà pas folichon. Ils doivent avoir le QI d’une huître, en plus ils désinvestissent dans le nucléaire, relance le charbon, l’éolien et le solaire… bref conclusion primaire : les allemands sont des clampins, ils ont rien compris au défi climatique et énergétique.

Et là tilt, le franc est tombé… et si c’était moi qui n’avait rien compris avec mon interprétation de oompa-loompa écolo peace and love.

Hypothèses :

  1. On va manquer de pétrole et de gaz au niveau mondial :white_check_mark:
  2. le TRE de ceux-ci va continuer de décroître :white_check_mark:
  3. Le changement climatique va créer de graves problèmes et des troubles pas piqués des hannetons (le manque d’énergie aussi d’ailleurs) :white_check_mark:
  4. il y a plus de chance que je devienne pape que tous les pays du monde se décident de se mettre au régime en même temps (Norway Ier dit « Jésus c’est lequel déjà ? ») :white_check_mark:
  5. Sans pétrole et sans énergie, mon armée me sert autant qu’un cure-dent contre un grizzli :white_check_mark:
  6. je suis un général allemand avec des conseillers réalistes (et mon pays a eu l’expérience d’une guerre perdue en partie à cause du manque de carburant et de sa qualité, soit dit en passant) :white_check_mark:

Conclusion : ca va être un bon gros foutoir dans les 10-20 ans à venir
=> article de 2010 dans le monde :white_check_mark:

bon, moment réflexion :thinking:, je ferais quoi si mon seul objectif était d’assurer la sécurité et la sûreté de mon pays ? (la notion même de confort ne fait pas partie du vocabulaire du militaire et je parle d’expérience… j’ai été un temps militaire, je me disais que le costume m’irait bien #nojoke)

  1. je ferme mes centrales nucléaires, ces gros machins qui nécessitent une chaîne logistique complexe, pas mal de gens compétents, de l’eau dans mes fleuves pour refroidir (exemple) et surtout qui sont une plaie à défendre et si ça pète, je dois m’occuper du problème qui sera sans doute plus qu’une épine dans ma combat-shoes. En enfin les citoyens n’aiment pas ça.

  2. j’investis dans tout ce que j’ai dans mon propre pays (du charbon, de l’hydro_e-, du soleil et du vent). En plus, le solaire et l’éolien, je peux en mettre partout même si le TRE est mauvais, c’est le contribuable qui paye et vas-y pour détruire complètement l’ensemble de la production.

  3. Je ne compte pas trop sur les norvégiens et les anglais pour être sympas vu le peu de pétrole qui restera en mer du nord (mais on sait jamais).

  4. j’investis le plus que je peux dans l’hydrogène parce que :
    a) j’ai plein d’éoliennes partout et donc je peux produire partout
    b) on peut faire des unités mobiles de production (au contraire de la liquéfaction du charbon)
    c) ça produit rapidement (au contraire des biocarburants) et avec juste de l’eau et une source de carbone voir même du CO2. Ça tombe bien j’ai du charbon tiens…
    d) je peux faire des carburants de qualité pour mon armée et l’industrie nécessaire qui va avec et ce sans changer tous mes chars (le char à batterie, c’est comme la brique gonflable, ça a pas trop d’avenir)
    e) je dis que c’est écolo comme ça les citoyens acceptent de mettre leur sous dans une solution pas efficace (yeah, je suis trop green :frog:)
    f) je peux faire de la chimie (le militaire aime les explosifs) et des engrais (le militaire aime aussi la nourriture et surtout les haricots blancs car comme ça il a les deux plaisirs en même temps #okcestnuljesors :sweat_smile: :sweat_smile: :sweat_smile:)

  5. je peux encore faire des trucs avec mon charbon (TRE quand tu nous tiens)
    a) avant comme par exemple soutenir mon économie avant que le problème n’arrive vraiment
    b) et après pour faire de l’électricité, de l’acier, des tas de trucs quoi

Tout ça pour dire que comme ça, je peux empêcher les gens qui voudraient envahir mon pays pour de bonnes ou de mauvaises raisons de le faire.

Et au pire, je me suis trompé et j’ai toujours de quoi assurer la sécurité intérieure parce que vu la chute drastique du TRE, il va y avoir plus que 2-3 manifs gentillettes. Et en plus, j’ai réduit mes émissions de carbone… elle est pas belle la vie.

Et au mieux, on trouve une solution qui sera possible à l’échelle industrielle dans 10-15 ans avec un bon gros TRE et là on est les rois du pétrole… ahah zeer güt :sunglasses: :face_with_monocle: :cowboy_hat_face:

voilà, voilà, ils en pensent quoi ?

4 J'aime

Ben c’est à dire que l’on sait faire des engins à propulsion nucléaire…
Il y a même eu des programmes pour faire des avions à propulsion nucléaire.


Cela dit, un conflit lié aux enjeux de ressources et notamment d’énergie en Europe me semble tout à fait plausible.
Nos avons mis beaucoup d’énergie pour calmer les rancoeurs de la guerre.
Nous verrons l’avenir de l’euro et de l’Europe !
Rendez vous en Août !

Hum, tu le dis toi-même, le char à batterie, etc … Si on a plus d’énergie, plus d’invasion. Tu penses qu’avec une pénurie d’énergie, la première idée des pays sera d’envahir d’autres pays ? Des migrants climatiques alors ? Mais veut-on leur tirer dessus pour les empêcher d’entrer ? A mon avis il y en aura un peu plus que sur les zodiacs qui traversent la Méditerranée :slight_smile:
Quant aux conflits liés aux enjeux de ressources, vu ce qu’il reste en Europe, on est tranquille :slight_smile:

J’en pense qu’au final, que ca soit l’armée allemande qui pousse ou pas, si l’hydrogène permet d’abaisser nos émissions de CO2, TRE dégueulasse ou pas, ca reste une meilleure solution que le charbon, qui reste l’ennemi no1

La ressource visée serait la zone géographique (cf. Projection de température en 2030-2050).

Ah oui, d’accord. J’ai pas tout lu Clausewitz :slight_smile:

A mon avis, l’état major n’est probablement pas l’interlocuteur le plus écouté en matière de prise de décision politique, outre rhin. La bundeswehr conserve un armement assez limité, et surtout, l’Allemagne reste très pacifiste (voir la réticence des allemands au moindre engagement international, fut-ce dans leur intérêt économique bien compris - cf. Lybie)

Mais effectivement: l’Allemagne adore l’hydrogène car elle a absolument besoin de développer ses moyens d’écrêter sa production électrique, et l’hydrogène est une solution comme une autre, qui a en plus l’avantage de ne pas avoir encore été complètement trustée par la Chine.

J’ai du mal à identifier l’organisme Allemand capable et chargé de produire un raisonnement aussi stratégique. Aussi, vu les stratégies (notamment industrielles) des grandes entreprises allemandes, j’ai du mal à imaginer qu’il y ait un pilote dans l’avion.

Mais en effet, vu l’analyse de @Norway, une touche de pragmatisme (une vertu allemande c’est pas un stéréotype), mène à l’hydrogène.

Au niveau politique, Angela Merkel (depuis 2005!) et de façon générale les chancelier.e.s allemand.e.s ont plus le temps d’établir une vision a moyen terme. Aussi a noter que A. M. est docteure (en chime quantique), formation (méprisée en France :wink: ) qui familiarise en principe à la construction d’une pensée en dehors des cadres préétablis (de l’ENA par exemple) et sur des bases scientifiques.

A mon sens l’analyse de @Norway tient la route, sauf pour:
(1) le raisonnement militaire appliqué à l Allemagne, (même à la DGA, je suis pas sûr qu’ils s’y soient déjà mis sérieusement, et l’absence de DGA en Allemagne, du moins l’absence d’interaction avec le monde de la recherche, est une conséquence de la seconde guerre mondiale),
(2) le fait qu’il y ai une vision d’ensemble très poussée à si long terme.

Ce concentrer sur les ressources que l’on a dispo, pour un pays quasi sans armée et source d’approvisionnement sécurisée, c’est du pragmatisme de base.

Comme je sens une touche d’agacement (justifié) chez JMJ entre autre, je tiens a préciser que l’Allemagne est complexe et pas comparable à la France sur beaucoup d’aspects.

En tant qu’état fédéral, la majorité des décisions politiques se font au niveau des Landers, qui ont chacun un gouvernement et parlement avec des équilibres de forces spécifiques (en passant, le système de vote est plus évolué qu’en France). Si on voit clairement une stratégie économique européennes sur le long terme, il est possible (avis de résident non-expert) qu’elle soit plus due à un consensus idéologique implicite avec des racines profondes (protestantisme, voire structures familiales selon Emmanuel Todd…) qu’à un programme pensé sur le long terme par quelques individus.

Il existe aussi un diversité politique pas tout à fait comparable à la France. Par exemple, des « communes » (Wohnprojekt) à tendance anarchiste (sans connotation positive ou négative de ma part) sont intégrées dans les villes, où elles ont des arrangements avec les autorités locales.

Nombre d’Allemands (plus qu’en France il me semble) sont aussi conscients des « limites a la croissance » depuis bien longtemps. Et je passe vite sur tout un tas de détails de tous les jours qui témoignent d’un sens de l’organisation collective plutôt raisonnable:

  • les gens se sont mis au vélo bien avant les français,
  • les bouteilles en verres consignées que l’on ramène au supermarché (pour les re-remplir) sont restées une habitude de base,
  • parmi elles, les bouteilles de bières bues dans la rue sont déposées sur le sommet des poubelle publiques, ou les sans domiciles fixes les ramassent pour se faire quelques deniers,
  • le tri des déchets (bio/plastique/papier/reste dans chaque maison) est en place depuis au moins une vingtaine d’années (et de mémoire rien a voir avec se qu’on voit en France là où il est en place), etc…

Du point de vue industriel, je note aussi que obsolescence programmée n’est pas une stratégie sur laquelle Bosch, Mercedes, Miele, ont beaucoup misé. Des associations de bénévoles qui aident à la réparations des objets électriques, vélos… et forment les gens, se sont aussi développées il y a assez longtemps déjà.

Bref, je suppose que vous pouvez imaginer que, comme en France, l’esprit des « peuples » ne se résume pas aux décisions de leurs gouvernements.

ps: Je passe sur certains défauts bien sûr…

4 J'aime

Je pense aussi qu’on ne peut pas négliger l’historique du mouvement anti-nucléaire en Allemagne pour comprendre les décisions. C’est bien plus fort qu’en France.

De par son passé scientifique, l’Allemagne n’était pas prédestinée à être antinucléaire.
Il est clair (cf wikipedia ci-dessous) que la gestion des retombées de Tchernoblyl (le nuage qui s’est arrêté à la frontière Française) a créé un traumatisme (psychologique au moins). On voit aussi que Merkel, bien que considérant le nucléaire comme un choix raisonnable, n’a pas pu/su gérer le réveil de ces peurs après Fukushima.

1 J'aime

Théorie intéressante mais ça va trop loin à mon avis. :wink:

  1. Le récent pas de Merkel en faveur des pays endettés de la zone euro (leur faire des dons) montre que l’Allemagne a bien compris que sa survie est liée à la survie de l’Europe. Donc les chars c’est pour les russes? Alors tant mieux si trois grosses huiles dans un bureau ont pensé à cet argument.
  2. C’est quoi la taille du réservoir d’un char Leclerc qui tourne au H2 sans perte d’autonomie? On le ravitaillera? C’est quoi la taille du ravitailleur? Un zeppelin qui suivra les colonnes de chars? A mon avis, le char au H2, ça flotte pas (ou plutôt si mais seulement dans l’eau).
  3. Les unités mobiles c’est bien pour la guérilla mais pas terrible pour la production de masse.
  4. Le jour ou on en sera à propulser nos destroyers, nos chars et nos avions de combats au H2 on aura déjà fracké toute l’Ile de France et toutes les autres régions européenes présentant un potentiel intérêt. On a un peu de marge.
  5. C’est pas demain la veille qu’il ne restera plus du tout de carburant même pour l’armée. Même en mangeant tous les pétroles exploitables en Europe (et je ne parle pas de ce qui est économiquement faisable mais de ce qui est techniquement TRE-wise faisable), le mince filet qui remontera de nos vieux champs, le gaz, le charbon, les biocarburants serviront à l’armée. Ce ne sera pas la joie dans les chaumière vu les TRE, mais dans ce genre de situation, l’armée obtient tout ce qu’elle demande.
1 J'aime

Les Allemands ont probablement tort, en tous cas, ils prennent un énorme risque en pariant sur l’hydrogène, sur la capacité dans vingt ans de stocker l’électricité pour pallier l’intermittence, etc.

Mais ils ne font pas que ça. Et là où en revanche je pense qu’ils ont raison, c’est qu’au lieu de se perdre dans des analyses contradictoires sur les émissions GES comparées entre je-me-fais-livrer-mes-légumes-par-un-livreur-qui-optmise-ses-circuits-et-son-modèle-de-camion et je-vais-moi-même-au-marché-avec-ma-voiture-individuelle, ils ont un planning d’augmentation progressive d’une taxe sur les hydrocarbures mis en vente sur leur territoire, de façon que chacun (particulier, industriel…) fasse ses calculs et optimise son mode de production, mode de consommation, mode de mobilité en fonction du prix de l’énergie carbonée, aujourd’hui, l’année prochaine, dans cinq ans…

3 J'aime

Les Allemands ont probablement tort, en tous cas, ils prennent un énorme risque en pariant sur l’hydrogène

Merci pour les réponses :blush: mais alors vous proposeriez quoi / tu proposerais quoi alors pour assurer ta source d’approvisionnement pour la défense-sécurité long-terme sur base des contraintes ci-avants ?

Pour rappel, je proposais l’H2 pour faire des carburants de synthèse CxHy (diesel et essence) pas pour un usage direct (TRE < 5 mais ça l’armée s’en moque)

Dans le cas particulier de l’armée ? Non, je n’ai pas d’idée géniale à leur proposer.

@Norway, peut-être est-il temps pour toi de réintégrer la grande muette. Norway général!

Blague a part j’étais très impressionné par l’inventivité des ingénieurs de l’armement pour faire des systèmes sans électronique. Peut être ont ils commencé a plancher sur le sans pétrole.

Il n’y a pas de bonne solution pour un pays européen : nos sources d’approvisionnement en hydrocarbures (France ou Allemagne, ou autre) sont lointaines et donc sujettes à perturbations (surtout quand on n’a pas de bonne marine…)

Reste la solution de gazéification / Liquéfaction par un procédé de type Fischer Tropsch, approvisionné par du charbon ou de la biomasse, ou bien encore de la liquéfaction hydrothermale. Peut utile en temps de paix car peu efficace, mais si le but est d’approvisionner les chars et les avions, ça peut suffire. Reste à savoir si l’économie civile veut se payer de soutenir une telle filière en tant de paix « au cas où »

Cf 4.b et 4.c pour le charbon et biomasse

Tu demandes une alternative au H2, je te réponds. Et n’oublie pas que ces unités peuvent facilement être foisonnées sur le territoire, à défaut d’êtres mobiles, donc grande robustesse.

Ça se défend. Sorry je fais dans le message lapidaire pour m’exprimer en général (Norway :sweat_smile:) mais c’est pas une critique, c’est juste pour avoir un complément d’idée.

J’ai peut être raté des étapes dans cette longue discussion, mais j’étais assez séduit par une explication proposée ci-dessus par @Guillaume_A : Je me rends compte que lorsque mes éoliennes produisent c’est le cas de toute l’Europe et donc au lieu d’être content d’avoir cette énorme source d’énergie (ce qui est l’effet que fait l’énergie en général) je me retrouve à la vendre à prix nul ou négatif à mes voisins qui ont des barrages. Du coup, indépendamment du fait que j’aime le bruit des éoliennes ou pas, je me dis que ça serait bien de produire quelque chose plutot que la brader. Et du coup, même si c’est un pari hasardeux, est-ce qu’il y a d’autres alternatives crédibles/rentables pour utiliser cette énergie massivement ?