EnRi et réseau électrique : fournisseurs d'électricité verte = mensonge?

Bonjour tout le monde,
Quand on débat de l’utilité des EnRi en France (ou ailleurs), on entend souvent l’argument qui dit :
" Oui mais quand tu prends un fournisseur d’énergie verte, tu consommes l’électricité qui est produite et les fournisseurs rachètent / créaient ce que tu as consommé pour le réinjecté dans le réseau".
Je suis bien d’accord avec ce raisonnement, mais récemment, on m’a avancé l’argument que l’électricité va au plus court et que donc quand on prend un abonnement qui favorise les EnRi en local (type Enercoop) ou même encore plus si on a des panneaux solaire sur son toit, logiquement, l’électricité que l’on te fourni aura plus tendance à provenir des sources proches, donc principalement renouvelable dans ce cas.
Est-ce plutôt vrai ? ou plutôt faux ? Est-ce qu’il y a des ressources en ligne pour que je puisse me faire un avis ?

1 J'aime

c’est totalement vrai :wink:
l’Electricité est faignante et va au plus court (plutôt au moins impédant)
Il est impossible de dire que les électrons d’une éolienne en Bretagne va dans ta prise à Marseille.
Par contre, Si tu as des panneaux sur ton toit, même si tu revends tout à EDF via un compteur dédié, les électrons vont sur le réseau public et reviennent chez toi par ton compteur de consommation. La on peut dire que tu consommes local (encore mieux si tu es en autoconsommation sans revendre).
Enercoop te vends du reve en diant que ton courant est « vert ». Il achète en fait l’équivalent de ta consommation aupres de producteurs ENR ailleurs ou des certificats d’origine. Mais à l’instant T, tu prends ce qu’il y a dans la prise donc 70% de nucléaire, de l’hydraulique, des ENR, du gaz et du charbon.
=> Loi des noeuds, loi de Kirchoff, équations de Maxwell.

1 J'aime

Une réflexion qui me traverse la tete en lisant ce sujet : est-ce que la « faille » des certificats ce n’est pas justement de ne pas tenir compte de la temporalité (j’achète un certificat ENR produit à 14h pour justifier le coté ENR de ton électricité fournie à 23h), ce qui revient à dire que la fonction de stockage n’est pas prise en compte (ou considérée comme évidente et gratuite).
Du coup, est-ce qu’on ne pourrait pas « simplement » modifier le système pour que le certificat corresponde à la même heure d’utilisation. Bon, je suppose que ça n’arrangerait pas tout le monde…

3 J'aime

Hello,

C’est vrai, mais je ne pense pas que ce soit important, pour moi le gros problème de mensonge dans l’électricité verte c’est que les distributeurs s’assurent du fait qu’ils aient assez d’électricité verte pour les consommateurs d’électricité verte sur une année. Ce que peut même au fait qu’à un instant T on produit 1% d’électricité verte pour 10% de consommateur vert, et cela ne pose « pas » de problème tant que c’est compensé sur l’année.
Donc finalement l’électricité verte bypass complètement le problème du stockage…

2 J'aime

Mouais…

On commence à marcher sur la tête avec ces mécanismes. D’ailleurs c’est quoi une électricité verte? Le photovoltaïque émet 4x plus de CO2 que l’atome en France…

Les PPA (power purchase agreement) font en gros la même chose mais à l’échelle mondiale. Moi SOC GEN, j’ai un bon bilan carbone car mon électricité est verte… Ils achètent via leur contrat l’équivalent consommer à l’année à un barrage hydro au Bresil…

Comme l’expliquait Maxens Cordiez dans ces articles, on va arriver à estampiller le hydrogène vert produite en Pologne car on achèterait l’équivalent en ENR ailleurs à un autre moment !!!

1 J'aime

le réseau électrique est comme une gigantesque bassine que les producteurs alimentent avec leur production et que les consommateurs utilisent. Avec seulement comme différence que le débit produit doit être égal au débit soutiré. En gros, on se fiche que les électrons viennent de près ou de loin. Le seul point important est que si les principaux producteurs sont très éloignés des principaux consommateurs, on a une grosse perte dans les lignes électriques par effet joule (on chauffe les petits oiseaux)

Merci, c’est très clair pour moi.
Du coup maintenant j’ai une autre question qui me tarode: est-ce qu’on a déjà étudié la différence d’impact environnemental entre des villes / quartier autosuffisant versus la centralisation de l’électricité via les centrales ? Voir même est-ce que c’est faisable de décentraliser l’électricité avec la consommation actuelle ? Et si on tend a la réduction de consommation ?
Et ça doit être intéressant de considerer l’aspect social aussi.

Hugo,

Etant donné que le PV émets plus (4x à minima) de CO2 que l’atome en France, être autosuffisant (difficile avec le décalage besoins/production) en photovoltaïque n’est pas mieux d’un point de émissions de CO2 qu’avec les centrales…même avec les pertes réseau (10% max).

En ville, la surface de toit dispo par rapport à la surface habitable est ridicule. Donc on peut mettre que peu de production PV par rapport aux besoins. Un peu moins vrai dans un lotissement pavillonnaire de banlieue, mais ce n’est pas la majorité des villes;-)
Le vrai PB c’est que ta production est max l’été à midi alors que tes besoins le sont le matin et le soir et surtout l’hiver (4x moins de puissance PV l’hiver que l’été, 75% de la production faite entre avril et septembre)… Si tu ajoutes le stockage dans le bilan c’est la catastrophe.

Etre autosuffisant « alimentaire » dans une région ou ville peut avoir un intérêt pour limiter les transports (1/3 des camions transportent un truc qui se mange dito JMJ). Par contre pour la production d’électricité, vu qu’il est nécessaire d’être raccordé au réseau en cas d’absence de vent ou soleil, je ne vois pas l’intérêt d’être « autosuffisant »…

Enfin, des champs PV ou éolien ne sont pas plus décentralisées que ça… Il faut un grand réseau maillé Haute tension pour faire transiter tout ça.

2 J'aime

Il y a aussi le fait qu’un réseau électrique électrique, en dépit de ses pertes, est plus efficace pour gérer la redondance et l’étalement des besoins et de la production. Si on garde l’hypothèse d’avoir de l’électricité à la demande, cela nécessite d’avoir une surcapacité installée puisqu’au stockage près il faut pouvoir en permanence être capable de produire le pic de la journée de consommation, en dépit des aléas climatiques notamment.

Je ne sais pas si je suis clair mais pour prendre un exemple un peu/beaucoup simplifié : si tu es au solaire dans ton quartier autosuffisant et qu’un nuage passe et réduit de 90% ta production installée, ça veut dire que les 10% restant (et ton stockage) doivent suffire pendant tout le temps qu’il y a le nuage, alors que si tu étais en réseau avec le quartier d’à côté où il n’y a pas de nuage en ce moment et qui produit à 100% il pourrait certainement t’en donner… Si les deux quartiers produisent au maximum « 100 », dans un cas tu n’as que 10 pour ton quartier dans l’autre tu as 55. Donc finalement il t’a fallu installer 5 fois plus de capacité de production.

Après on peut aussi accepter d’abandonner le confort d’avoir de l’électricité à la demande mais ça change BEAUCOUP de choses dans la vie de tous les jours

2 J'aime

Ah une vidéo du réveilleur sur les certificats d’électricité verte, qui explique tout le contexte et ouvre de nombreux axes de réflexion (bref toujours aussi intéressant) :

4 J'aime

D’un point de vu distribution, la décentralisation de la production a pas mal d’avantages.

  1. Plus facile de maintenir la tension sur le réseau (les sources sont à peu près commandées en tension)
  2. Moins de puissance réactive dans les lignes si les sources utilisées sont des génératrices synchrones (centrales thermiques et nucléaire et certaines éoliennes), ce qui diminue les pertes en ligne (de façon significative)
  3. 10% de pertes c’est énorme hein, ça fait des oiseaux et autres hirondelles le premier consomateur d’éléctricité de France et de loin !

Après le problème c’est qu’une ville ne pourra jamais être autosuffisante en électricité. Ya pas assez de place disponible :wink:

Juste pour revenir sur le mode de production, on pourrait imaginer qu’en ville on utilise de la combustion de déchet (quasiment tout ce qui est comptabilisé en biomasse en France vient de là). La ressource est locale…

1 J'aime

It is physic, stupid :wink:

Bonjour,

Je ne sais pas si vous connaissez MORALSCORE.
Personnellement j’aime bien cette application ça permet de faire un 1er trie entre les marques, une fois que ma volonté de sobriété faillie.
J’y regarde les aspects environnementaux, conditions de travail, et évasion fiscale.

Cependant, ils utilisent le classement GREENPEACE pour noter les fournisseurs d’électricité sur l’aspect environnement.
Je trouve ça trop simpliste.
Ce classement démonte EDF en exagérant l’impact carbone du nucléaire.

OBJECTIF : Leur envoyer des études qui déconstruisent factuellement le classement Greenpeace et d’autres qui donne un classement plus proche de la réalité des empreintes environnementales de ces fournisseurs.

Des personnes pour m’aider ?
Je récupère les sources, et je m’occupe du mail de contestation.
Sauf si d’autres personnes veulent s’en charger.

Je ne l’ai pas revue récemment mais de mémoire cette autre vidéo du réveilleur (euh oui, encore) traite en partie de ce sujet même si elle date un peu
https://www.lereveilleur.com/electricite-verte-selon-greenpeace/

1 J'aime

Ils ne la consomment pas, c’est l’atmosphère qui est chauffée mais quand même beaucoup moins qu’avec les aéroréfrigérants des centrales thermiques

Bonjour,

Sur ce sujet d’électricité « vertes », existe-t-il des recommandations du Shift sur quel fournisseur privilégier ?
Je suis aujourd’hui chez Enercoop qui m’avait convaincu avec l’angle « coopérative avec des producteurs » mais est-ce que passer chez EDF ne serait pas une meilleure idée ?

Merci pour vos retours :slightly_smiling_face:

Bonjour,

Pour ma part, les électrons que tu consommes (et d’ailleurs tu ne les consommes pas vraiment) sont les mêmes que les miens…quelque soit le fournisseur.
Par ailleurs l’atome qui fourni 75% de notre production émets dans son ACV 6gCO2/kWh (ADEME), le solaire environ 50g et l’éolien 10g (hors backup pour gérer l’intermittence). Quand a midi l’été la production solaire est a son maximum, il remplace surtout du nucléaire (le gaz et charbon sont surtout utilisé en pointe chez nous donc l’hiver le soir ou le matin) donc ne réduit pas nos émissions de GES…

Donc a mon sens, sauf si tu n’est pas pour l’atome par conviction personnelle, passer chez des fournisseurs alternatifs « verts » n’a pas d’effet pour lutter contre le réchauffement.

Le réveilleur a fait une bonne vidéo sur ce sujet : https://www.lereveilleur.com/les-dessous-de-lelectricite-verte/

L’exemple Allemand ou la production éolienne se concentre au Nord et l’industrie lourde consommatrice est au Sud, montre que la production « décentralisée » n’est pas la panacée…D’ailleurs les sites éoliens et PV en développement sont de plus en plus grands et ressemblent a des unités de production centralisées…https://lenergeek.com/2020/08/18/australie-mega-ferme-photovoltaique-alimenter-singapour/

Merci pour ton retour Jeremie.

Je pense avoir une bonne idée de ces enjeux et je suis pro-nucléaire.
En ce qui concerne le nucléaire si je comprends bien c’est RTE qui gère l’immense majorité de la production électrique (et tout le nucléaire) et qui est financé par la redevance que tout les fournisseurs payent.

Sur le reste de l’argent collecté par le fournisseur sur nos factures, est-ce que c’est mieux que ce soit chez EDF (font-ils plus d’investissement dans le production nucléaire ?) ou chez quelqu’un d’autre ?
L’angle coopérative d’Enercoop est plus séduisant que de payer les campagnes marketing de pure-players mais j’ai un peu de mal à percevoir s’il y a une meilleure alternative

Tu as également Planète Oui qui propose une offre temps réel : en plus des garanties d’origine, ils s’assurent de l’équilibre offre-demande en temps réel (avec une production principalement en hydro).

Est-ce que cela un intérêt ?
Pas directement mais au moins tu es sur de ne pas financer d’énergie fossile (ce qui sera indirectement le cas avec EDF).

Et si cette offre venait a bien fonctionner, cela permettrait également de donner un signal aux producteurs : faire des EnR et des garanties d’origine c’est peut-être bien mais si elles sont décorrélé des usages et des pics de consommation, cela n’a aucun intérêt, donc tu milites indirectement pour que les fournisseurs gèrent l’intermittence.