Documentaire ARTE : La fabrique de l'ignorance

A voir :roll_eyes:

7 J'aime

c’est du factuel sourcé ou du bullshit pour gens mal informés ? ARTE a déjà fait des documentaires de pauvre qualité avec de gros biais de sélection

1 J'aime

Je ne sais pas, ca dépend c’est un commentaire sourcé ou juste ultracrépidarien avec un gros biais de jemetstoutdanslemêmepanier :wink: ?

Sinon, c’est pas mal et ca me semble bien étayé mais j’ai pas fact checké. Sinon ARTE, oui, c’est pas toujours parfait mais ça a le mérite d’exister :blush:. Tu vises quel reportage via ton commentaire ? Me fais pas un commentaire à rallonge, c’est pas l’objectif du sujet ici et si ca mérite discussion, on ira débattre dans un autre sujet :grin::+1:

1 J'aime

Touché :joy:

Non je voulais un avis plus détaillé sur la qualité de celui là

Je le mets dans ma liste de chose à regarder

1 J'aime

:wink: mais je suis quand même intéressé par ton avis sur le ou les reportages que tu visais.

Perso, j’ai une dent contre arte qui avait fait une partie d’un reportage sur l’open-space dans ma boîte et j’avais trouvé ça lamentable tellement c’était orienté :triumph: :exploding_head:

Donc je prends ce qui est bon à prendre et ca permet d’affuter son esprit critique mais je plussois le fait qu’il y a un risque évident si on ne prend pas le temps d’avoir son opinion.

Je pense que c’est du cas par cas. Arte a financé les dessous des énergies vertes, qui a mon sens rééquilibre le débat autour des EnR, et est moins a charge que le doc produit par Moore.

De même : ce que décrit le présent documentaire reflète un phénomène qui existe (cas du tabac en Particulier) et est peu connu du grand public

Je viens de regarder, c’est en effet super intéressant.
Ces manipulations scientifiques de grandes ampleurs sont bien réelles et participent également au développement des théories du complot : puisque les multinationales ont une tel facilité à détourner la science dans leurs intérêt économique, il n’y a qu’un pas pour croire que des manipulations de grandes ampleurs puissent être organisées par des gouvernements, …
Le rôle des réseaux sociaux est également pointé du doigt : les financements de campagnes de désinformation, qui présentent des fake news sous prétexte de rigueur scientifique, viennent manipuler en plus l’opinion publique.

3 J'aime

Sur le sujet détournement du travail de recherche scientifique, deux bouquins vraiment sympas:

  • les marchands de doute,conway => sur la thématique générale
  • Et le monde devint silencieux, s.foucart. => tres bon ouvrage documenté sur la stratégie menée depuis 20-30 ans par l’industrie phytosanitaire qui a donné lui à l’effondrement des populations d’invertébrés dont l’abeille s’est fait la caisse de résonance etant une des seules espèces bien étudiées.
1 J'aime

J’ai regardé l’émission d’Arte. C’est vraiment intéressant. Ca interroge notamment sur les pétitions pour lesquelles on peut être sollicité dès qu’on est un peu connu dans le domaine de la recherche au travers de quelques écrits et ouvrages qui occasionnent un référencement sur Google.

Je confirme : très bons bouquins. Les archives des cigarettiers sont ouvertes depuis des années, on a maintenant une bonne idée de la contre-science produite par ces entreprises pour semer le doute. Dans son bouquin « Science et territoires de l’ignorance », Mathias Girel analyse cette contre-science en popularisant le concept d’agnotologie, littéralement « production de l’ignorance ».
Les grandes multinationales utilisent toutes ce principe pour continuer à éviter de répondre des méfaits de leurs produits, dont ils ont parfaitement connaissance, voir par exemple les films Erin Brokovitch sur le chrome hexavalent dans l’eau de consommation, Dark Waters sur la pollution au PFOA, aux US. Lire aussi la très bonne BD d’Ines Leraud sur les algues vertes en Bretagne, et notamment la désinformation, associée aux intimidations et menaces, véhiculée par les industriels de l’agro-alimentaire.

2 J'aime

j’ai factchecké un peu et ca m’a l’air de tenir la route. Bon documentaire en effet. ARTE remonte un peu dans mon estime.

2 J'aime

L’émission vient d’être relayé sur France culture ce jour-même.

2 J'aime

Bonsoir
D’une manière générale on peut (re)lire Propaganda d’Edward Bernays ( il existe même des documentaires Arte…)

1 J'aime

J’ai adoré le passage :
"Quelle raison y a t’il pour dire qu’une météo plus chaude serait mauvaise ? - Il n’y en a pas ! Tout comme l’élévation du niveau des mers, il n’existe pas. "

Je ne savais même pas si je devais rire ou pleurer…

Et aussi la fin avec l’ignorance cognitive. C’est vrai que lorsque j’ai compris réellement ce qui nous attend et vu la série de conférences de JMJ à l’école des Mines, j’étais à deux doigts de me mettre en PLS et d’invoquer n’importe quel Dieu pour oublier ce que je venais d’apprendre. Ensuite ça passe :sweat_smile:

Cette courbe en enlevant le coté un peu trop collapso représente pas mal mon ressenti, là c’est bon j’ai accepté et je suis venu ici pour que ça bouge. :stuck_out_tongue_winking_eye:

4 J'aime

Pas mal du tout ton truc. C’est toi qui l’a fait? Ca sent le vécu.

1 J'aime

la courbe de deuil est un outil très connu, qui peut s’appliquer dans plein de situations et de domaines.

Celle là en particulier a été dessinée par tatoudi: Un peu plus… – tatoudi.com

1 J'aime

Non c’est pas moi, je suis tombé dessus et je me
suis dis que j’aurais pu écrire la même chose. Et en parlant avec des clients qui en ont pris conscience aussi, ils ont vécu les mêmes étapes.

Ce doit être le même style de réaction quand jeune on comprend que personne n’est immortel et qu’on perdra tôt ou tard nos grands-parents, nos parents,… Le choc est rude et cette courbe c’est le même cheminement mais à l’échelle de l’humanité.

Le rapprochement que tu fais est intéressant et il fait écho. Finalement ton salon de coiffure c’est un salon philosophique.

Ahahah, oui finalement la coiffure est presque secondaire. On vient me voir pour discuter de problèmes personnels, de politique, de philosophie, de médecine, d’environnement, pour boire un café, imprimer des documents, passer des appels, ou même pour des démarches administratives tout en se faisant coiffer.

Au final, je suis coiffeur tout en étant un peu psychologue, imprimeur, agent administratif, conseiller conjugal, réparateur de téléphone, médiateur, je sers le café et je commente les journaux,…

Dans un salon la moitié de la clientèle vient pour avoir une oreille attentive, pas forcément pour se faire coiffer. Pour la plupart des Français, on est le lieu ou ils passent entre 30min et 3h tous les 2-3 mois, ils en profitent pour se confier et parler de leurs problèmes. C’est pour ça que j’aime mon métier, de l’artistique, de la communication, de la technique et du social.

1 J'aime

Ce serait intéressant que tu dises comment tu parles de la décarbonation dans une situation qui relève plutôt du « propos de comptoir ». Je veux dire par là comment tu « vulgarises » au bon sens du terme ce qui est relativement technique. JMJ est lui-même un bon communicant dans ses interviews, mais la situation n’est pas là-même. Je suppose qu’il faut se mettre au diapason de la personne que tu coiffes: ne pas la barber par des termes trop techniques, ne pas la considérer de haut parce que tu maîtrises le sujet, tenir un propos qui ne relève pas de la simple opinion mais par lequel tu amènes la personne à se questionner. C’est un art qui suppose de la convivialité mais pas seulement.
J’ai d’ailleurs vu dans une autre discussion que tu es un shifter peut-être non ingénieur mais très connaisseur et que tu écris de sacrés articles.
Ca donne envie de te connaître.