Decouplage PIB-CO2 per capita dans plusieurs pays *importations incluses*: A debunker

Les données de Our World in Data sont utilisées par les ecomodernistes pour dire qu’un découplage est possible:

Dans le graphe, ils spécifient que les émissions importées sont prises en compte. C’est la première fois que je vois ça. Y a t’il un bug?

Pistes:

  • il n y a que le CO2? (pas CH4 etc…)
  • il n y a que les emissions dues au ciment et combustion de fossiles,

Même avec ça je suis surpris…

Voici d’ailleurs un article qui va dans le sens d’une stagnation des émissions en Europe, qui me surprend aussi…

2 J'aime

Je pense qu’en regardant la valorisation du CO2, on trouvera vite un problème.
C’est toujours le problème de l’évaluation monétaire, on lui fait dire un peu ce qu’on veut.

ça se résume en :
J’importe de l’acier pas cher (et beaucoup de CO2) et je fais des avions très chers (avec peu de CO2).

1 J'aime

Ok, mais ça mérite qu’on s’y attarde. Ici ou en MP.
Je travaille sur une de ces bases utilisées ci-dessous, donc si il y a quelque chose a vérifier je suis partant.


Source: Towards accepted procedures for calculating international consumption-based carbon accounts. Tukker et al. Climate Policy, 2020

J’ai en tête que parfois les émissions importées sont prise en compte (production) mais pas le transport maritime/aérien international, tu sais checker ça ?

Comment sont pris en compte les puis de carbone (forêts) ?

Et je doute que le consommateur lambda chinois ait un train de vie plus de 2x supérieur.

De plus, il faut prendre en compte l’industrialisation du pays (routes, industrie, mines,…) et pas uniquement ce qui est consommé uniquement pour la pièce que tu importes. #système

Mais sorry, j’ai absolument pas le temps d’aller creuser ça.

Oui c’est en effet un problème général, c’est pris en compte pour exiobase mais if faut voir les détails des règles d’attribution aux pays et si c’est bien utilisé dans ce papier.

Bon, ben on dirait bien qu’on a créé un nouveau pays, bienvenue en « International transport » country, le pays fictif qui n’existe pas et qui se tape un bon paquet de CO2.

A voir si c’est vraiment ce que je penses…

3 J'aime


1 J'aime

C’est important en effet, mais sur le principe physique énergie->PIB (qui devrait ce voir meme sans transport) ça me parait pas suffisant pour contrer l’argument d’un découplage possible (un écomoderniste aurait beau lieu de dire qu’il suffit de relocaliser et on peut continuer a consommer de folie, parce que les pays développes sont tellement forts qu’il ont réussi le découplage…)

J’ai envie de dire que ca va être difficile de discuter factuellement avec ce genre de personne.
Tu es dans du Brandolini en plein…

Je sortirai la carte classique de Janco => PIB mondial / CO2 mondial

Je sais que ça aide pas des masses mais l’énergie qu’il faut déployer pour contrer un argument fallacieux est plus grand d’un ordre de grandeur. Et même si tu le fais, la proba que l’autre t’écoute est faible :roll_eyes:

1 J'aime

En effet, du coup, je trouve la courbe d’émissions plutôt logique jusqu’à 2011 puis il se passe un truc que j’explique pas. Il s’est passé quoi en 2011 d’important sur la scène internationale/économique/financière… pour avoir un changement significatif dans les pentes des courbes ?

Est-ce que tu sais ce que ça veux dire la note « GDP is measured in 2011-international-$ which adjust for inflation and cross-country price difference ».
Est-ce qu’il ne pourrait pas y avoir un truc qui cloche dans l’hypothèse économique sous jacente ?

Dans tout les cas, à mon avis il y a une multitude de facteurs qui, mis bout à bout, expliquent ce découplage apparent mais en effet c’est pas facile de tout lister.

1 J'aime

J’ai été devancé mais effectivement, si on suspecte un problème d’allocation entre pays, je commencerais par reprendre l’analyse au niveau monde. Pour rester sur les données de Our world in data:

Ca signifie que les mesures du PIB sont normalisées suivant la valeur du dollar US en 2011 ce qui annule l’effet de l’inflation (croissance du PIB sans croissance de la valeur créée).

Explosion de la dette à partir de 2008.

1 J'aime

Ça ressemble quand même un peu a un découplage relatif au niveau mondial…
(et ça ne contre pas l’argument ci-dessus, les pays développés sont forts, ils ont découplé…).

Ma seule piste pour l’instant (@Norway en forme!): augmentation de la dette/création monétaire (quantitative easying?) booste le PIB artificiellement, pas sur de comment le démontrer…

Yes, 2008 c’est logique mais pourquoi la courbe décroche en 2011 ?

Apparement ce décrochement est aussi valable pour le commerce international :

https://ec.europa.eu/docsroom/documents/20210/attachments/5/translations/en/renditions/native

EDIT : j’ai trouvé ça :

World trade growth decelerated sharply in 2011 as the global economy struggled under the influence of natural disasters, financial uncertainty and civil conflict. A slowdown in trade had been expected after the strong rebound of 2010 but the earthquake in Japan and flooding in Thailand shook global supply chains, and fears of sovereign default in the euro area weighed heavily in the closing months of the year. The civil war in Libya also reduced oil supplies and contributed to sharply higher prices. All of these factors combined to produce below average growth in trade in 2011.

Et le point le plus intéressant pourrait être la guerre civil en Libye qui réduit les appro de pétrole ?

2 J'aime

Ca me saoule d’essayer d’expliquer pourquoi une métrique pourrave est fausse vu que la réponse est dans la question.

Le PIB / la monnaie / les économistes c’est de la bonne grosse daube !

Le PIB inclut des tas de trucs qui servent à rien
Genre la valeur des biens immobiliers
image

3 J'aime

@Norway Çà me soûle aussi, MAIS il faut accepter les règles du jeu: on ne peut pas utiliser certains chiffres que quand ça nous arrange. L’argument qualitatif de JMJ fait sens mais n’est pas suffisant pour convaincre une audience large avec un formatage économique classique, on le voit tous le jours (donc pragmatisme sur la communication, nez de clown s’il le faut, etc…).

Il y a une base de donnée hybride avec les flux matériels, donc il y a de l’espoir :wink:

3 J'aime

En fait, c’est simple :

C’est juste les milliards injectés par la BCE qui permettent d’avoir de la croissance à partir de 2011, sans cet artifice, on serait en récession depuis un moment et le PIB suivrait bien la décroissance des émissions.

Brefs, le découplage est uniquement permis par une manipulation de la quantité de monnaie dans le système : on vit dans une bulle depuis 2011 et elle finira un jour pas éclater.

3 J'aime

Je fais la même hypothèse que @Norway: le PIB a gonflé plus vite que la valeur créée physiquement (bulle spéculative) avec l’augmentation du prix des actifs financiers et de l’immobilier. Cette augmentation de valeur peut se faire sans énergie ni émission de CO2 mais n’améliore pas non plus le niveau de vie moyen.

Je vais voir ce qu’on peut trouver comme chiffre à ce sujet…

4 J'aime

image

Bon j’arrête de râler mais détricoter un truc aussi chiant, ben …c’est chiant :sweat_smile:

2 J'aime