De l'influence sociale sur le raisonnement humain

Une question me taraude depuis longtemps : Pourquoi les gens ne se sentent pas concernés/convaincu par la lutte contre le changement climatique simplement en raisonnant sur les dangers prioritaires et vont, à la place, s’occuper d’autre chose. Et bien je suis tombé, peut être, sur un début de réponse.
La raison ne nous aide pas à prendre des bonnes décisions mais à prendre des décisions justifiables socialement !
Voici l’article :
https://hal.archives-ouvertes.fr › …PDF
Résultats Web
Why do humans reason? Arguments for an … - Archive ouverte HAL

Ou bien la vidéo de Victor Ferry qui résume bien l’article

N’étant pas du tout spécialiste en psychologie comportementale, je ne sais pas estimer la solidité de cette assertion. D’autres peuvent mieux le faire que moi.
Mais je trouve que cela expliquerait une partie de mon interrogation initiale.
Je veux avoir vos éléments sur cette question.

1 J'aime

Commentaires importés de Slack

Frederic Conrotte
donc il faut donner des arguments facilement mémorisables et réutilisables pour justifier l’engagement en faveur de la transition énergétique ?

Thierry Seren
De ce que j’ai compris pas tout à fait. Il y a deux cas :

  1. Une décision immédiate sans intervention de la raison.
  2. Une décision plus tardive qui laisse le temps à la réflexion.
    Le cas 2 ne permettrait pas d’avoir une meilleure décision mais seulement de construire un récit qui permette de justifier aux autres nos choix. Donc donner des arguments mémorisables et réutilisables est nécessaire oui, mais pas suffisant. Il faut aussi qu’ils permettent de justifier auprès de la société pourquoi ce choix est le « bon ».
    C’est assez vexant pour l’orgueil de notre raison comme position mais cela peut permettre de comprendre l’émergence de certaines convictions. Par exemple :
  • je vote Trump car il va sauver l’emploi américain avec du protectionnisme
  • je vote Biden car il va restaurer l’image des USA sur la scène internationale.
    Le choix Trump/Biden, si non immédiat, serait influencé par la facilité de le justifier auprès des gens qui nous entourent … Bref du poids social des arguments qui se trouvent après le « car ».
    Idem pour la transition énergétique… Il faudrait donner des arguments qui expliquent pourquoi c’est juste pour la société de faire la transition énergétique/la lutte contre le réchauffement. Bref que notre raison nous sert principalement à notre sociabilité.
    Voilà ce que j’ai compris de l’article. Reste à savoir si nous fonctionnons vraiment comme cela. Si oui alors, il y a une lutte argumentative à mener.

Bonjour,
Je suis chercheuse en psychologie cognitive, mais pas de ce domaine là. La video me semble pas mauvaise. L’article est top. En revanche, je pense que passer par le cérébral / le cognitif / les arguments, n’est pas la bonne manière pour impacter les pratiques du plus grand nombre. Je pense qu’il faut passer par le visuel, plus bas niveau, plus automatique à intégrer ET accessible à tous. Un design for all des pratiques à mettre en oeuvre. Par ex ça : https://www.researchgate.net/profile/Priska_Breves/publication/337228025_Into_the_Wild_The_Effects_of_360_Immersive_Nature_Videos_on_Feelings_of_Commitment_to_the_Environment/links/5dcc60d14585156b35102438/Into-the-Wild-The-Effects-of-360-Immersive-Nature-Videos-on-Feelings-of-Commitment-to-the-Environment.pdf
Ma 1ere et unique trouvaille, mais cela ne concerne pas les pratiques :frowning: Je cherche, je cherche…

2 J'aime

Bonsoir,
Sujet essentiel qui fait écho aux travaux en cours du GT Shift1team… rapport en devenir.
En attendant je vous propose de chercher du côté d’ ACTELab : https://www.acte-lab.com/

Bonjour,

J’essaie de voir s’il serait possible de monter un groupe de travail pour vulgariser les travaux du Shift : Vulgarisation des travaux du Shift

Votre discussion me semble très intéressante dans cette perspective. Si certains souhaitent s’investir dans cette voie merci de vous signaler.

@fgaunet @ds.laetitia @Thierry_S @OlivierP @Fred

Bonjour Sylvain, je ne sais si tu t’en es déjà rapproché … mais il y a une structure de coordination des projets dans l’association. Aussi je te suggère de te rapprocher de Melissa (melissa.perez@gadz.org) pour que ton projet s’inscrive dans les structures de l’asso qui te permettent de bénéficier de tout son appui (système d’info, possibilité de communiquer en externe etc …). Olivier
@SylvainF

Merci Olivier, je viens de lui envoyer un message.

Voir également la vidéo :


Sébastien Bohler
Où carrément lire son livre « le bug humain » (pas encore lu)
1 J'aime

Exellent livre! Facile a lire! Bien destabilisant pour aborder l’ensemble des raisonements que l’on croyait cerain! Tellement bon que j’en ai acheté 10 exemplaires pour les offrir à tous mes amis…

@20-100Cordier @PatrickM
Bonjour,
Mais le Bug Humain reste une vision très étroite de ce qui préside les comportements. Une vision qui donne d’ailleurs ses limites, que l’on pourrait illustrer d’une question : n’avez-vous jamais changé sur un dégout , un malheur, une peine ou une colère ? Si la réponse est positive c’est qu’il est temps de lire le Rapport Shift1Team qui sortira fin Septembre 2020…

1 J'aime

@Thierry_S

Bjr Thierry, as-tu pu assister ou visualiser la restitution ludique du GT Shift1Team du 16 Sept 2020?
Son Rapport bcp plus complet sortira fin Sept et répondra à ton questionnement étayé de sources universitaires.

1 J'aime

Bonsoir Olivier,

Non j’avais manqué cette restitution. Merci pour le rappel, car sinon je serai passé à côté.

Effectivement cela donne pas mal de pistes pour amener les personnes à évoluer sur leurs pratiques. Je note qu’on en revient toujours au fait que beaucoup de choses dans nos choix s’anime par le biais de la sociabilisation.

En tout cas, j’ai bien retenu de la présentation que passer par un moment convivial entre amis, proches, collègues ou copains, pour montrer qu’il était possible de faire autrement, était bien plus efficace qu’un cours magistral sur la question du climat. Cela m’a rappelé l’épisode historique des banquets avant la révolution de 1848. Je ne me souviens plus assez bien de mes cours d’histoire pour me rappeler si l’aspect festif de ceux-ci avait joué un rôle prépondérant sur les échanges politiques qui y avaient lieu et leurs conséquences.

Ce qui m’a plu aussi dans la présentation, c’est qu’on ne se voilait pas la face sur les freins aux changements qu’on voit autour de nous. Je me suis d’ailleurs aussi reconnu dans ce cas là. Par exemple, j’hésite depuis le confinement à tester le vélotaf. Pour ce cas là, je ne sais pas s’il y a un moyen de sociabiliser ou de s’entraider qui motive à franchir ce cap là, et de vivre le passage à vélo comme une expérience agréable qui permette de faire perdurer cet usage. Pour le moment je suis encore automobiliste :confounded:

En tout cas merci encore pour la présentation.

Un petit commentaire supplémentaire pour finir. Si les choix que l’on fait individuellement reposent ou ont un lien avec notre désir/volonté de sociabilisation alors la question de ce qui constitue notre société à laquelle on appartient devient centrale. Et la sortie récente sur le « modèle amish » est d’autant plus préoccupante car elle représente une pression sur la définition de qui fait société et de qui s’en exclue. Il y a, là, un enjeu majeur sur les choix collectifs à venir au delà de la seule 5G, qui est de définir ce qui est socialement juste entre la poursuite du jeu de l’oie des évolutions technico-commerciales extractivistes ou bien la limitation du changement climatique.

J’arrête là, car je suis déjà parti dans de multiples considérations. Tout cela pour dire que j’aurai bien aimé participer à la séance de questions en direct :smile: :zipper_mouth_face: !

Bonjour Thierry et merci de ton retour de toute façon rien ne t’empêchera de lire avec appétit je n’en doute pas le Rapport Shift1team qui lui sortira à la fin du mois, Puis de participer aux expérimentations individuelles ou encore celle de l’année prochaine…
Olivier