Blue economy de Gunter Paul

J’ai regardé cet interview de Gunter Pauli sur thinkerview que pensez-vous de la blue economy?
Perso j’aime bien Gunter et son optimiste même si j’ai l’impression qu’il est pas trop fan des ordres de grandeurs et beaucoup dans le rêve.
« L’hydrogène c’est l’avenir » « Je prends l’avion 300 fois par an mais j’ai participé à diriger une replantation massive de forêts »
« le nucléaire est une erreur il faut aller 100%renouvelables »

Le terme « Blue Economy » (économie bleue) est utilisé ici pour parler de l’économie circulaire dans laquelle les déchets sont recyclés pour devenir de la matière première à de nouveaux produits écologiques où s’intégrant dans le système de la durabilité pour la planète.

Merci pour ce message. J’allais justement poster sur Gunter Pauli et lancer un appel aux shifters pour m’aider à me faire une idée sur ses propositions et actions. J’ajoute les liens suivants :

Des projets à critiquer un par un :

Et une des dernières interventions à ma connaissance :

1 J'aime

@Enox tu as écrit :

J’ai l’impression qu’il est pas trop fan des ordres de grandeurs -> Pourquoi dis-tu ça ?

« le nucléaire est une erreur il faut aller 100%renouvelables » -> à terme oui bien sûr ! Le débat pour moi c’est plutôt à quelle échéance et sue mettre en place entre temps.

Le terme « Blue Economy » (économie bleue) est utilisé ici pour parler de l’économie circulaire -> ATTENTION : la circularité de Pauli est particulière. Il distingue deux types de circularité. Celle qui consiste à « tourner en rond » : je recycle du plastique pour faire du plastique, du verre pour faire du verre etc. Et l’autre circularité, celle de la blue economy où le déchet devient la matière première d’autre chose : je recylcle du verre… pour faire des isolants dans la construction, du café pour amender un sol et y cultiver des champignons, etc.

Pauli nous fait observer que l’arbre ne recycle pas ses feuilles. Inspirant…

3 J'aimes

Merci pour les vidéos :smiley:
« L’hydrogène c’est l’avenir » « Je prends l’avion 300 fois par an mais j’ai participé à diriger une replantation massive de forêts » c’est ça qui me fait dire qu’il est pas trop fan des ordres de grandeurs.
Remplacer l’hydrogène existant par hydrolyse c’est la consommation électrique de l’UE qu’il faudrait y consacrer donc bon.Et planter des arbres ça compense pas forcement 300 voyages par avion par an c’est pas équivalent les arbres peuvent brûler.

Sinon que penses-tu de son projet de faire pousser des algues pour divers usages(carburants ect)?

Sauf que…

Si chacun fait une forêt comme lui pour 300 voyages, franchement je suis bien incapable de dire si niveau ordre de grandeur ça fonctionne ou pas. Tu dis que ça « compense pas forcément » mais bon c’est pas un ordre de grandeur ça ton « compense pas forcément » :wink:

Pour l’hydrogène version Gunter Pauli, je suis totalement déconcerté et aussi incapable d’aller le challenger sur les ordres de grandeur. Tu connais ce projet : https://www.youtube.com/watch?v=vc_Lgu5QDxc ? L’hydrogène est produit avec du solaire pour STOCKER l’énergie et la restituer la nuit. C’est pas tout à fait pareil que ce que tu évoques avec une production d’hydrogène qui utilise de l’électricité de l’UE.

Pour le projet avec les algues idem, je suis déconcerté, et c’est pour ça que je lance un appel aux Shifters et à d’autres pour examiner au plus près les propositions de Pauli tous azimuts. C’est un de mes projets 2021. Je vais y consacrer des moyens importants…

Je peux essayer de calculer mais bon:
18 arbres pour compenser un voyage paris-Sidney
7 arbres pour compenser un Paris New-York
J’essaie de prendre une fourchette moyenne:300*7=2100 arbres à planter chaque année


Combien d’arbres a t-il contribué à planter? :thinking: :thinking: :thinking:
Il était directeur de projet d’une plantation en Colombie:76 000 hectares replantés.
https://eco-act.com/fr/project/vichada-colombie/
Mais est-ce que diriger le projet équivaut à lui attribuer toute la compensation carbone de la reforestation?Il faurdrait diviser par le nombre de personnes qui ont participé.
Même en supposant que 1000-10 000 personnes ont participé ça fait 7600-760 hectares pour Gunter ^^

Il s’est aussi lancé dans du commerce de caco durable et malin qui reforeste
" Si nous réalisons 3% du chiffre d’affaires de Red Bull, nous pourrons reboiser des milliers d’hectares en dix ans", explique Laurenz-Frederik."
https://www.lecho.be/sabato/gastronomie/le-gourou-du-durable-gunther-pauli-se-lance-dans-la-chocolaterie/10267312.html

Pour compléter le calcul il me faudrait une estimation de la probabilité de survie des forêts(70%?) et le nombre d’arbres par hectare plantées mais les ordres de grandeurs sont en sa faveur… XD

Merci de ta précision sur l’hydrogène il avait dit 6 jours d’autonomie pour 40 millions d’euros pour son bateau

Merci pour ton calcul estimatif.

C’est bien ce qu’il me semble aussi sans être encore entré dans les calculs : les ordres de grandeur sont plutôt de son côté. Quand on a contribué activement à planter 76 000 hectares on peut en effet se permettre qq déplacements en avion…

Le type est très très très sérieux ! C’est pas juste un rigolo qui fait du green washing le dimanche et qui a découvert le sujet l’année dernière. Non non non…

6 jours d’autonomie pour 40 millions d’euros -> peux-tu me rappeler où se trouve ce chiffre ? Je suis très étonné parce que justement un des principes est de ne plus pouvoir parler de durée d’autonomie mais au contraire de système totalement autonome avec une capacité propre de générer et stocker son énergie « à l’infini ».

Je le connais pas trop donc j’attends de plus l’écouter avant de le juger véritablement ^^

A la 5ème minute de la vidéo de thinkerview que j’ai partagé au début de ce post c’est lui qui le dit pour l’autonomie et le prix de son bateau.

Ah ok merci. J’ai réécouté le ThinkerView. Pour bien préciser ce que j’ai compris : j’ai compris que les panneaux solaires produisent un stock d’hydrogène qui rend le bateau capable de naviguer 6 jours. Ca ne veut pas dire que le bateau ne peut pas naviguer plus de 6 jours. Ca veut dire qu’il est capable de naviguer pendant 6 jours sans soleil, rien qu’avec de l’hydrogène, ce qui est en pratique à peu près équivalent à une autonomie totale car je vois mal où pourrait aller le bateau sur les mers pour ne pas recevoir de soleil du tout pendant 6 jours. Car dès que le bateau reçoit du soleil il régénère son stock d’hydrogène et donc son « autonomie » augmente à nouveau…

Et j’adore « le lithium c’est pour les Tesla » !!!

2 J'aimes

Il a lancé récemment une opération avec Aberkane, SuperFrance https://superfrance.org/participer-au-tour/
Il y a un peu de tout, ça fourmille et ça expérimente, même si parfois ça part dans tous les sens, je pense justement que la clef c’est l’expérimentation mesurée objectivement, pour pouvoir comparer les modèles.

Envisager l’hydrogène pour stocker l’énergie c’est aussi s’affranchir des métaux rares qui constituent les batteries, et rien que ça…

@cedric-l le tour est fini mais il y a le discord https://superfrance.org/contact/ .

Bonjour,
Je peux aider un peu sur les projets d’algues, étant familier avec ce domaine. Si vous pouvez me partager les liens j’y jetterais un coup d’œil et je peux donner mon humble avis.
Parmi les projets de « Blue Economy » j’ai trouvé une référence à un projet de Fibre d’algue en Chine mais rien sur les biocarburants, donc si vous avez le lien cela m’aiderait. Pendant ce temps je travaille sur la partie Fibre, et éditerais ce post d’ici une semaine ou deux.

Mon avis général sur le personnage est qu’il fait du screening d’idées et projets innovants, en se disant que même s’ils échouent ils laissent une trace positive derrière eux, et surtout, ceux qui réussissent permettent une maigre avancée certes, mais avancée quand même. J’aime bien l’esprit positif et optimiste derrière, ils inspirent les gens à changer, et en soit c’est suffisant pour en faire quelqu’un pour qui j’ai de l’estime (et c’est plutôt rare pour les businessmen). A voir ce qu’il laisse derrière lui économiquement, mais je préfère Pauli à Musk.

Arthur

1 J'aime

Pour le biogaz d’algues, voici cet extrait de son intervention à l’école Polytechnique par exemple : https://www.youtube.com/watch?v=JFyTuHuaE9k

Bonsoir à tous, pour ma part je l’avais découvert via cette enquête de Médiacités (média indépendant, qui fait notamment des enquêtes terrain), et j’avoue ne pas avoir été convaincue par sa Blue Economy… Mais je vous laisse découvrir l’article en question :slight_smile: (je peux vous l’offrir si besoin)

1 J'aime

Merci @Carole_B et je veux bien l’article oui.

Peux-tu préciser ce qui t’empêche d’être convaincue ? Quels sont les points qui ont particulièrement retenu ton attention ?

Hélas, d’autres infos moins brillantes collectées auprès de certaines personnes qui l’ont fréquenté.

Gunter Pauli est un industriel belge qui, dans les années 90, a lancé une société fabricant des produits biologiques pour la lessive et la vaisselle, Ecover . Il a conçu son usine pour qu’elle soit complètement biodégradable : tous les matériaux pouvant être démontés et réutilisés."

http://www.internetactu.net/2009/06/29/gunter-pauli-il-ne-faut-pas-polluer-moins-il-faut-arreter-de-polluer/

"Gunter Pauli, oprichter van Ecover, stichter van het Zero Emissions Research Institute

en voorzitter van de Club Van Rome en stelt zijn nieuwe zakenmodel voor: « De groene economie is duur en hangt af van subsidies. De blauwe economie is duurzaam en innovatief. En wat goed is voor mens en natuur, is goedkoop »

https://www.uhasselt.be/documents/UHasselt/agenda/uitnodiging.pdf (2011)

"¿Conoces esta propuesta? Viene de la mano de Gunter Pauli , creador de Ecover , una empresa ecológica pionera considerada modelo mundial"

https://www.ecointeligencia.com/2012/05/economia-azul-gunter-pauli/

« Después, montó una empresa de fabricación de jabones y otros productos de higiene a partir de recursos naturales. »

https://es.wikipedia.org/wiki/Gunter_Pauli

« À la fin des années 1980, il a fondé la société Ecover, marque de produits ménagers biodégradables. En 1990, découvrant que l’huile de palme utilisée pour fabriquer les produits de la société, provoquait la déforestation de forêts primaires, il vend son entreprise pour se consacrer à la recherche de solutions permettant de régénérer la forêt tropicale, et non l’inverse. »

https://www.babelio.com/auteur/Gunter-Pauli/375144

« (Gunter Pauli) He built the world’s first biodegradable factory. Now, armed with laptops and attitude, Gunter Pauli and his green team plan to outmaneuver Procter Gamble and the detergent giants. »

https://www.fastcompany.com/55003/gunther-pauli-cleans


Notes complémentaires de PM, la personne qui l’a fréquenté:

Les textes ci-dessus on été collecté durant une session Internet de 20 minutes. Un sommaire de mes propres remarques:

  • Pauli n’est pas le fondateur d’Ecover, c’était feu Frans Bogaerts, en 1980. J’ai bien connu Frans pour l’avoir rencontré une première fois vers 1983-84, à l’instigation et en présence de Marc Depreeuw, l’architecte de l’usine écologique d’Ecover, un ami.

  • Pauli n’a ni initié, ni créé, ni développé, ni bâti l’usine écologique d’Ecover; il n’était pas dans les parages. Moi j’y étais, depuis 1989, et j’ai vu construire l’usine de mes propres yeux. Ce que Pauli a fait, c’est l’inaugurer avec tambours et trompettes.

  • Il n’a jamais été la politique d’Ecover « to outmaneuver (…) the detergent giants ». Le but était de créer et d’offrir des détergents soutenables.

  • Dans la suite, Pauli à réussi à mener Ecover au bord de la faillite, par incurie, en 1,5 ans.

  • Il n’a pas quitté Ecover pour des raisons éthiques, il n’a pas non plus vendu la société puisqu’elle ne lui appartenait pas, il a été licencié sur-le-champ par le CA pour fraude financière (1992). J’étais alors directeur R&D et mieux que n’importe qui à la hauteur de ce qui se trouvait et ne se trouvait pas dans les produits. J’étais sur place le jour ou il a été éloigné manu militari du site.

  • Il n’a pas traité avec le président de GreenPeace pour l’inciter à se tourner contre Ecover: pendant sept ans j’ai fait partie du CA de GreenPeace à Bruxelles, et je l’aurai su.

  • Après sa fuite vers le Japon, Pauli a été attaqué personnellement en justice, simultanément par le propriétaire d’Ecover (feu Jörgen Philipp-Sörensen) pour fraude et par le Ministère des Finances Belge pour des dettes de TVA - pas très réussi pour un alumnus de l’INSEAD. Le procès du propriétaire à été arrêté après cinq ans parce-qu’on ne pouvait pas lui mettre la main dessus, ce qui fît déclarer Pauli qu’il avait été « acquitté ».

Du reste, je n’ai rien contre des gars comme Pauli, pour autant qu’ils ne recourent pas à des demi-vérités et des purs mensonges. Il me fait tellement penser à Trump…

1 J'aime