Action des shifters pour la présidentielle 2022

Bonjour à tous,
suite à l’interview d’Emmanuel Macron aujourd’hui, il m’est venu l’idée suivante.

Les Shifters pourraient créer un site internet qui compare les programmes des différents candidats à la présidentielle suivant le prisme énergie-climat-résilience, au fur et à mesure que les programmes sont divulgués.
Pas besoin de se mouiller politiquement, ni de prendre parti, juste donner les faits : « untel propose ceci pour la mobilité, untel dit ceci sur l’agriculture », et les mettre en forme dans un format « sympathique ».
Une autre option serait d’évaluer la compatibilité des programmes avec les mesures décrites dans le PTEF.
C’est déjà plus engageant politiquement, mais ça revient à mettre en avant les idées du Shift.

La campagne pour les présidentielles arrive à grand pas (dans environ 1 an), à mon avis un projet de cette ampleur doit se lancer dans les mois à venir, le temps de recruter les volontaires, construite le site internet, puis peut être former un organe de gouvernance pour contrôler que le contenu publié respecte les valeurs de l’association.

Qu’en dites vous?

20 J'aimes

Banco, je ne sais pas comment faire mais je veux bien aider !

C’est une excellente idée, et pourquoi pas sous forme de tableaux pour bien visualiser, avec une gradation vert-jaune-rouge par rapport à TSP et à l’accord de Paris.

En revanche, pour que ce soit fait au nom des Shifters, il faut l’aval du CA à plusieurs étapes. Dans tous les cas, rien n’empêche une initiative individuelle en utilisant les ressources (mais pas le nom) de l’association. Mais à mon avis ça gagnerait à être officiel.
@Matthieu_P

2 J'aimes

Je me demande si le pacte pour la transition ne faisait pas quelque chose du genre, pour les municipales.
On pourrait regarder comment ils mettaient en forme le résultat

Le pacte pour la transition a été plus loin en rencontrant les candidats et en faisant un peu de lobbying. Tout comme pour les régionales, il faudrait que ce comparateur soit accompagné d’une démarche de négociation avec les candidats pour obtenir le plus d’engagements.

Aujourd’hui on a largement les ressources pour le faire à mon avis, mais ça pourrait tout de même être intéressant de proposer à d’autres structures de se joindre à l’initiative (je pense à WWF par exemple, faut bien qu’ils utilisent les 100 millions de Jeff Bezos :p). Si chaque orga fait son comparateur (ce qui est très probable) on n’aura que très peu d’impact.

Il faudrait également aller chercher le soutien d’un maximum de personnalités (experts, directeurs, politiques, militants…) pour que le PTEF ait un poids tel qu’aucun candidat ne puisse nous ignorer. Même chose pour les médias.

Il y a quelque chose qu’on devra gérer dans tous les cas, c’est que des membres du shift ou des shifters rejoingnent un candidat. L’enjeu ça sera de préparer suffisamment le terrain pour que le shift parle d’une même voix et ne se disperse pas trop.

1 J'aime

Les programmes, et les promesses, des hommes politiques n’engagent que ceux qui y croient.

En conséquence, il me semble préférable, pour ceux et celles qui ont eut des responsabilités (président, ministre, député, sénateur, maire, département, région etc.), d’analyser leurs résultats suivant le prisme énergie-climat-résilience.

En 2022, EMA aura eut les manettes du pays pendant 5 ans. Avant tout, il faut évaluer ses résultats. Si ces résultats ne sont pas bons, il serait étonnant qu’il fasse mieux en 10 ans.
On peut faire la même chose pour tous les candidats. Concrètement qu’est ce qu’ils ont fait pour le climat ?

Pour ma part, les déclaration d’intentions d’EMA me laissent de marbre en 2020. Il est temps de juger sur les actes et les résultats. Ca fait 3 ans qu’il enchaine les déclarations sur le climat, et autres comités Théodule, pour des résultats moyens, pour ne pas dire exécrables (cf fermeture de Fessenheim).

2 J'aimes

Salut Clément, Salut tout le monde,

A la vue de la conversation, j’aimerais vous poser la question suivante: Quel objectif voyons nous à cette action ? Aux vues des différentes réponses, je ne suis pas sûr que nous ayons tous la même idée en tête.

Personnellement, je vois deux objectifs majeurs à cette idée:

  • sensibiliser la population française en mettant en avant les questions environnementales qui sont traitées dans les programmes, celles qui ne sont pas suffisamment abouties, celles qui ne sont pas mises en avant, les paradoxes des programmes.
  • faire connaître le PTEF et les associations The Shift Project et les Shifters

Influencer un programme politique d’un parti du type « Les Républicains » ou « En Marche » est un objectif très ambitieux. Je ne suis pas sûr que cette ambition puisse être un réel moteur de motivation, car l’objectif est très haut. Le risque est de ne pas percevoir toute la valeur ajoutée qui a pu être créée, parce qu’on a pas atteint cet objectif.

Je trouve l’idée très intéressante ! J’irais jusqu’à suivre les élections et commenter les différentes publications et interventions des postulants.

Évidemment, cela impliquerait une prise de position ferme des Shifters, ce qui peut s’avérer complexe ici. Il faut disposer d’une organisation efficace qui puisse apporter : une réponse réactive, basée sur des faits (sociologiques, scientifiques, etc.), dépourvue d’orientation politique et approuvée à l’unanimité par des représentants de l’association.

J’ajouterais également qu’on nous pourrions entrer en contact avec des associations qui souhaitent participer au débat politique français (plus accessibles que des groupes politiques à mon sens). Je pense notamment à l’association laprimaire.org qui propose une vision nouvelle pour les élections.L’idée étant d’échanger, pour en connaître plus sur leur vision, proposer le PTEF/ notre vision de Shifters et voir si nous parvenons à un raisonnement écologique commun ? S’ils parviennent à accéder au premier tour, ça pourrait faire un bon porte-parole des questions environnementales !

4 J'aimes

Salut Louis.
je pense qu’on a pas le même objectif en tête.
Pour moi le lobbying avec les élus/candidats, ça ne se fait pas via un site internet mais plutôt par des rencontres/des échanges sur le fond. Ou alors par le rapport de force avec des pétitions, manifestations, actions médiatisées.

L’objectif derrière cette idée de site, c’était plutôt d’informer l’électeur et me mettre à disposition les informations de la manière la plus claire possible, sans prendre parti. Et éventuellement donner des clés de lecture et de compréhension avec la comparaison avec le PTEF (qui doit devenir le socle d’idées et de propositions de l’asso).
Pour rappel, le Shift et les Shifters sont apartisans, donc ne prennent pas parti pour un candidat. l’objectif est de parler à tout le monde, et de susciter le consensus sur les questions climatiques, auprès des gens de gauche, de droite et d’ailleurs.

2 J'aimes

hello.
Tout d’abord je tiens à préciser que je ne suis pas pro-macron ou pro quelqu’un d’autre, je pense qu’aucun politique aujourd’hui n’est à la hauteur sur le sujet climatique.
J’entends cet arguments sur les actes, et globalement je le partage.
Maintenant soyons pragmatiques et réalistes: aucun parti élu au pouvoir n’a fait grand chose pour le climat, que ce soit le PS, En marche, ou la droite avant eux.
Et entre temps l’opinion publique a changé et a évolué sur le sujet, donc logiquement les politiques devraient suivre un peu.

Même si les promesses n’engagent que ceux qui y croient, l’absence d’engagement sur le sujet peut aussi être criante. Analyser les discours des uns et des autres peut au moins nous éclairer sur leur façon d’aborder le sujet, et nous aider à voter pour le « moins pire ».

1 J'aime

hello,
oui l’objectif de ce site est plutôt d’éclairer les électeurs sur le contenu énergie climat des programmes, pas d’influencer les politiques.

Quand à la prise de position « ferme » des shifters, pour moi c’est très simple : nous soutenons sans réserve la vision du shift, et donc notre position naturelle est celle du PTEF.
Comparer les programmes vis à vis du PTEF revient donc à tenir cette position :slight_smile:

Bonjour à tous,

Cette idée m’intéresse beaucoup et cela m’a fait penser à un site : il donne la parole aux politiques (aux USA) afin qu’ils s’expriment sur des questions précises et dans un format extrêmement synthétique.

Un exemple : https://www.astartingpoint.com/topics/enviro/climchng/what-can-we-do-legislatively-to-combat-climate-change_qN1IPUylv_aJH876VTI

Je me dis que :

  • l’expression directe d’un candidat est plus engageante
  • les mêmes questions sont posées aux candidats ce qui permet d’avoir des éléments de comparaison et un positionnement précis, ce qui ne doit pas toujours être possible en analysant les programmes
    Par contre je ne sais pas si nous avons assez d’influence pour faire rentrer des candidats dans ce genre d’exercice.

Par ailleurs, la problématique de considérer le bilan des candidats est délicate car même si c’est un élément très important, cela donne un avantage aux candidats n’ayant pas été aux responsabilités.

Enfin, à votre avis à qui s’adressera ce site (tout électeur, les personnes ayant déjà un intérêt pour le sujet, etc.) ? Cela permettra de définir le niveau de complexité ou encore le format.

Merci.

Bonjour,

Sur ce sujet, voir aussi ce qu’a fait le RAC pour les élections municipales : https://reseauactionclimat.org/elections-municipales-decryptage/

L’objectif d’un tel travail me parait être d’objectiver les promesses de candidats par rapport à un référentiel qui est le nôtre (le PTEF peut constituer la base par exemple). Ensuite, mettre en place une sorte de barème d’évaluation pour mesurer l’écart au référentiel. On peut aller plus loin encore dans la simplification de l’évaluation en créant un code couleur : c’est à cette étape, puis à l’étape suivante de synthèse (voire de classement) qu’il faudra être très vigilant à ne pas « prendre parti » pour un.e candidat.e.

Ce travail (pour l’avoir fait pour Zero Waste Nantes) passe soit 1. par une lecture de toute l’information publique disponible sur chaque candidat (programme comme base + interviews + autres documents explicatifs), 2. la lecture disponible + une rencontre avec chaque candidat.e (ou à tout le moins une demande d’informations complémentaires sur la base de notre référentiel d’analyse) soit 3. par une simple lecture du programme.

Ce travail d’évaluation n’est pas incompatible avec un travail en parallèle de lobbying pour faire connaitre les propositions du Shift et demander aux candidat.e.s qu’ils s’en emparent (je rejoins les remarques de @LouisGaillard sur ce point).

1 J'aime

Bonjour

En 2017 il y avait l’ifrap (un think tank) qui avait fait exactement ce genre de tableau comparatif des programmes et avaient donner leur propre recommandation.
On pourrait faire, disons le, exactement la meme chose mais avec un filtre energie climat

Ci dessous l’exemple de 2017. Je sais qu’a l’epoque il y avait aussi leur propre prosition (à l’IFRAP). Avec notamment lancer 4 EPR de plus (tout ce que j’ai retenu)
https://www.ifrap.org/node/6093

1 J'aime

Vachement bien ce tableau! bon c’est hyper dense il faudrait faire un résumé pour chaque section mais dans l’idée c’est ça oui

Pour rebondir sur la stratégie d’influence, la publication de ce tableau doit être accompagnée d’une tournée des tableaux pendant la campagne. L’IFRAP est super bon pour ça avec Agnès Verdier-Molinié qui est de tous les plateaux pour diffuser les axes d’influence de son think tank (leur fameux triptyque : moins de dépenses publiques, baisses d’impôts et privatisation).

Je pense par ailleurs qu’un tableau aussi dense doit forcément être accompagné d’une version plus synthétique / plus visuelle afin d’être mieux diffusée sur les réseaux.

tournée des plateaux tu veux dire? oui je suis d’accord avec ça. le tableau n’est pas une fin en soi, ça doit être un outil de communication/information voire de rapport de force avec les élus

Je veux dire TV, radios, chaines Youtube, etc. comme le fait l’IFRAP avec une stratégie hyper agressive mais efficace pour mettre son agenda en avant sur les médias.

Je trouve l’idée très intéressante. Mais elle n’engage pas seulement les shifters, mais également le shift. Pour ce type d’initiative, le « comité » d’appréciation des paroles lancées par les uns ou les autres, et des programmes, doit être fait par des personnes réellement qualifiées pour le faire. Pas simplement par de personnes qui ont une sensibilité et un attrait sur le sujet. Ce type de d’évaluation à une notion de jugement, jugement qui serra fait sur la base de la ligne de conduite du shift, pas simplement sur la base des shifters. Super idée mais à bien coordonner, et surtout à faire valider par un comité de reviewer du shift project. à mon avis.

2 J'aimes